Publié dans Société

Meurtre d’un lieutenant à Miandrivazo - Le procès du riche éleveur demain

Publié le mercredi, 20 novembre 2019

En 2017, un lieutenant de l’Armée malagasy basé dans la Capitale et répondant au nom de Marcel Ramasy, avait été assassiné de façon suspecte, sinon barbare lors d’une mission dite « Top secret » à Miandrivazo. Vendredi prochain, le principal suspect dans l’affaire, un riche propriétaire bovin de cette ville située à  l’intérieur de la Région de Menabe, devra finalement comparaître devant la Justice malagasy. Il s’agira d’un jugement durant lequel il devra répondre de ses actes sur cette affaire. Notons qu’il est actuellement placé sous mandat de dépôt.

 

L’ensemble de l’opinion locale, notamment les habitants du District de Miandrivazo, va donc suivre de très près ce procès. Pour les observateurs, ce jugement servira de test pour la Justice malagasy dans sa capacité à trancher sur le sort du prévenu. Ils espèrent assister ainsi à un procès débarrassé de toute corruption.

Dans cette affaire, le riche éleveur en cause est soupçonné également d’avoir voulu falsifier les faits, et cela malgré le fait qu’il y a de nombreux témoins à la scène de l’assassinat. Car lorsqu’un groupe d’individus en colère s’étaient lancés aux côtés du propriétaire bovin en cause, aux trousses du lieutenant, ce dernier, dans sa fuite, a malheureusement trébuché avant de faire une chute. L’incident s’est produit à quelques pas des casernes de la Gendarmerie et de l’Armée, lesquelles l’officier militaire a désespérément tenté de rejoindre.

Plusieurs témoins ont pu voir le propriétaire bovin participer au lynchage du lieutenant. Ce dernier a reçu un bloc de pierre sur le crâne. Cette agression lui était donc fatale. Face à son accusation, l’éleveur mis en cause a voulu convaincre la Justice que le lieutenant était victime d’une vindicte populaire. Pour cela, on le soupçonne d’avoir réussi à pousser le « fokonolona » local à faire une pétition, et ce, par la ruse, selon l’information.

Le « fokonolona », mais aussi les autorités locales de Miandrivazo affirment surtout leur crainte à cause des menaces que le suspect a proférées à leur endroit si jamais ils porteront ombrage à ses intérêts. Sans aucun doute, c’est l’officier de l’Armée qui en a fait les frais lors de cette mission secrète qu’il a menée sur place.

Franck R.

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff