Publié dans Société

Hygiène menstruelle - Aménagement recommandé des toilettes pour jeunes filles

Publié le mercredi, 11 décembre 2019

Santé reproductive. L’hygiène menstruelle constitue l’un des sujets tabous au niveau de la société malagasy, notamment en famille et auprès des établissements scolaires. C’est ainsi que la Fédération pour la promotion féminine et enfantine (FPFE) y concentre ses activités. « Nous œuvrons particulièrement pour la conscientisation de la société, à commencer par les parents ainsi que les écoles que l’hygiène menstruelle est un sujet banal méritant d’être discuté. Des interventions ayant pour but de les faire réagir, notamment en disposant des espaces pour les jeunes filles ou en encore en réaménageant des toilettes pour les filles, sont menées », martèle Céline Marie Yolande, coordonnatrice de la FPFE à Madagascar.

Avec cette même conviction, la semaine dernière, assistée par son équipe, elle est allée à la rencontre des jeunes d’Anjompakely Ivato, en particulier les lycéens pour discuter de ce sujet et briser la barrière. « Nous venons également de dispenser une formation sur l’hygiène menstruelle à nos juristes et para-juristes opérant au niveau des centres d’écoute et de  conseil à Tamatave. Cela a été une occasion de mettre fin aux mauvaises pratiques et d’adopter les dispositions adéquates », avance-t-elle.
Au sein du ministère de la Santé publique, le Docteur Ralisoazanakolonoa, membre de l’équipe technique de la santé des adolescents et jeunes, a souligné que leur rôle consiste à mettre en œuvre la politique nationale de la santé. Il ne s’agit pas seulement de la santé sexuelle et de reproduction, mais aussi de cerner toutes les branches sanitaires. Il est toujours question de prévention, promotion, et de prise en charge par le biais du traitement. « Quand une adolescente rencontre par exemple un problème au cours de sa menstruation, nous devrons être en mesure de solutionner et de prévenir un tel problème », souligne cette représentante de la Direction santé familiale.

Il est à noter que la FPFE est opérationnelle depuis la mise en œuvre du protocole de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) sur le genre et le développement.  La semaine dernière, un atelier a été effectué à hôtel Le Pavé Antaninarenina afin de discuter à propos de l’évolution de la santé reproductive. Etant donné l’existence de plusieurs organismes  traitant ce sujet et qui entreprennent des actions, la Fédération pour la promotion féminine et enfantine réunit toutes les pistes persistantes pour pouvoir en faire un rapport à la SADC.
Recueillis par K.R.


Fil infos

  • Gouvernement - Présentation imminente des nouveaux membres
  • Intempéries et inondations - Les opérations de secours militaires continuent
  • Concours d'entrée à l'INFA - « L'un des plus propres », dixit la ministre Ranampy
  • Intempéries - L'Etat déclare le sinistre national
  • Boeny et Betsiboka - Le Président Rajoelina accélère les actions de secours
  • Commune urbaine d’Antananarivo - 23 directeurs pour réaliser le veliranon’Iarivo
  • Banque européenne d'investissement - 173 millions d'euros investis dans le réseau routier malagasy
  • « Tana Water III » - Trois nouvelles stations de forage et de traitement d'eau en construction
  • Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Honoré Rakotomanana attaque Rivo Rakotovao

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff