Publié dans Société

Kidnapping - Navaze Veldjee de nouveau enlevé près de chez lui

Publié le vendredi, 13 décembre 2019

Alors que l'opinion a cru que la page a été tournée en matière de kidnapping d'hommes d'affaires indo-pakistanais, les faits survenus hier l'ont vite fait déchanter. Vers 9h du matin, Navaze Veldjee (47 ans), et non moins propriétaire de l'entreprise VELOPTIC, a été enlevé  à Soavimbahoaka. L'acte s'est déroulé non loin de la maison de la victime. Cette dernière venait juste de quitter son foyer lorsque les bandits étaient subitement entrés en action. D'après une information, quatre ravisseurs ayant opéré à visages découverts mais équipés d'armes à feu, ont perpétré l'acte. Ils l'ont rapidement obligé à monter dans un véhicule 4x4 avant de prendre la fuite vers une destination inconnue.

 

Pour l'heure, l'inquiétude des siens mais aussi des membres de la communauté indo-pakistanaise du pays, regroupés au sein du Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM), est vive. Le collectif affiche la volonté de récompenser tous ceux qui  ont la possibilité de fournir des renseignements aux enquêteurs pour permettre de remonter la piste des ravisseurs et celle de l'otage. Celui-ci ne cache pas son soupçon. Bien que les Forces de l'ordre ne se fussent pas encore officiellement exprimées sur cette affaire, des bribes d'information glanées auprès de certaines sources, ont révélé que des récidivistes ou autres vétérans d'actes d'enlèvement d'Indo-pakistanais seraient dans le coup. Actuellement, certains d'entre eux auraient été vus circuler en toute liberté hors du milieu carcéral où ils doivent encore purger leur peine.

  Notons que Navaze Veldjee a déjà été la cible d'un enlèvement le 24 mai 2018 à Ampasampito. A l'époque, ils ont marché tranquillement ensemble, lui et son épouse, près du magasin Gamo lorsque les ravisseurs les ont encerclés. Sans autre forme de procès, ces derniers ont forcé le couple à intégrer sa propre voiture.

Ils ont par la suite relâché l'épouse, tandis qu'ils n'ont laissé le chef de famille en liberté qu'après 15 jours de séquestration, et ce, après le paiement d'une rançon.

F. Roland

Fil infos

  • Tentative de déstabilisation du régime - Des politiciens profitent de la crise sanitaire
  • Covid-19 - La tisane CVO débarque au Moyen-Orient
  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim

La Une

Editorial

  • Re-voilà le loser !
    Ravalomanana Marc réapparaît. Il se réveille d'un coma après un « traumatisme crânien », suite aux terribles chocs à répétition dus à une série d'échecs depuis 2007. L'ancien Chef de l'Etat ne s'en remet pas. Etant un « oiseau » de mauvais augure, sa réapparition ne présage rien de bon ni d'utile pour le pays. Comme l'ours qui revient tout juste d'un long sommeil ou d'une longue hibernation, Ravalo n'est pas encore en pleine possession de ses capacités physiques et  intellectuelles. Il dit n'importe quoi sinon des bêtises. Plutôt, il peste des délires jusqu'à proférer des menaces à peine voilées. Au moins trois sujets brûlants embrasent l'atmosphère nationale.  

A bout portant

AutoDiff