Publié dans Société

Sources de revenus indécentes - Une poche de sang vendue à 80 000 ariary

Publié le mardi, 07 janvier 2020

Madagascar ne dispose que seulement 20 % des donneurs de sang réguliers si l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est d’atteindre 100 %. A cause de cette situation,  les centres de transfusion sanguine ne sont pas en mesure de satisfaire tous les besoins des demandeurs. D’une part, ces centres sont souvent en rupture de stock à cause de l’augmentation sans cesse du nombre des demandeurs et de l’autre, les receveurs devront remplacer une poche par deux, s’ils veulent l’acquérir.

 

Actuellement, certains profitent de cette insuffisance en approvisionnement. En effet, ils vendent une poche de sang à 80 000 ariary voire plus dans d’autres endroits. Dans les centres hospitaliers, bon nombre des familles éprouvent une grande difficulté pour trouver des personnes pour donner du sang aux patients ou remplacer les poches utilisées durant une opération. Par conséquent, une nouvelle source de revenus s’ouvre donc pour d’autres personnes. Et dans l’espoir de sauver leurs proches, les familles des patients n’ont pas d’autre choix que d’accepter le prix qui leur est imposé.

Toutefois, selon l’explication du Professeur Randriamanantany qui est en charge de la distribution du sang au niveau du ministère de la Santé Publique, des procédures doivent être suivies afin de garantir la sécurité ainsi que la santé du donneur et du receveur. Considérés comme des mercenaires, ces donneurs ou vendeurs de sang clandestins peuvent être des fumeurs, buveurs ou encore des personnes ayant une maladie génétique ou transmissible. Pour pouvoir donner du sang, il faut respecter certaines règles comme un poids minimum de 50 kg, avoir de bonnes conditions physiques, être en bonne santé et ne pas consommer de la drogue. Enfin, tout donneur doit se reposer avant l’opération.

Anatra R.

Fil infos

  • 29 mars 1947 - Une sobre commémoration au mausolée !
  • Détection rapide du COVID-19 - L’Institut Pasteur va former les biologistes malagasy
  • Lutte contre la propagation du virus - « Toutes donations sont les bienvenues »
  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff