Publié dans Société

Drame familial à Ankasina 67ha - La mère de famille en cause jetée en prison

Publié le lundi, 20 janvier 2020

Une mère de famille de 30 ans a été interpellée par la Brigade criminelle pour le meurtre de ses filles de 7 et de 10 ans au cours du week-end dernier. Son arrestation s’est produite à sa sortie même de l’hôpital HJRA, hier. Après avoir été soumise à une enquête de la Police, la concernée fut déférée au Parquet, puis finalement placée sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora en début de soirée, hier.

Parallèlement à cela, les victimes ont été inhumées le même jour. Toutefois, aucun autre complément d’information n’a été divulgué là-dessus, du moins du côté de la famille

D’après la Police, cette femme a commencé à séjourner dans un hôtel dans les environs des 67ha depuis le 12 janvier dernier. Puis vendredi dernier, elle a appelé ses deux filles, qui habitaient alors chez leur père dans la localité d’Anjanamasina, District d’Anosiala Ambohidratrimo. Son but avait été de les appeler et vivre en sa compagnie dans cet hôtel aux 67ha. La nuit venue, et avant de coucher, elle a donné à sa fille aînée tout un flacon de Nuvan, ce puissant produit toxique en usage comme insecticide. Puis, elle a étranglé la plus petite avec un morceau de linge. Une fois qu’elle a constaté que ses filles ne bougeaient plus, elle a alors fabriqué un cocktail de Nuvan, tout un flacon aussi, et de l’alcool afin de tenter de mettre fin à ses jours.

Le lendemain des faits, ayant réalisé être encore en vie, mais très mal en point, elle a alerté le personnel de l’hôtel afin qu’on la transporte d’urgence à l’hôpital, de crainte pour sa vie. En même temps, le gérant découvre non sans horreur que les petites sont mortes et il a aussitôt informé les Forces de l’ordre. Lorsque les limiers du commissariat du 7e Arrondissement et de la Brigade criminelle (BC5) débarquent à l’hôtel, ils n’ont pu surprendre la mère de famille, alors évacuée à l’HJRA. La Police l’y a cueillie,  sitôt les soins terminés. La dame aurait expliqué ne plus accepter de voir les filles vivre avec leur père d’où son idée de les éliminer a germé en elle. Et qu’elle a voulu se suicider car elle n’aurait pas supporté les voir mortes.
Franck R.





Fil infos

  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication

La Une

Editorial

  • Péril en interne
    Au niveau où nous en sommes, à Antananarivo (Analamanga), on n'est plus au stade de la menace mais d'un péril en la demeure. Le reptile au venin létal se trouve … dedans ! Bref, le virus du Covid-19 « investit » la ville, par extension la Région. Depuis une quinzaine de jours, on assiste dans la Capitale à la recrudescence du nombre des cas contaminés du nouveau coronavirus et le bilan des décès grimpe dangereusement. Jusqu'à hier mercredi 2 juillet, le bilan journalier annoncé par le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole officielle du CCO du Covid-19 d'Ivato, fait état des chiffres alarmants de 2 403 cas testés positifs dont 100 pour la journée d'hier, 24 décès dont 2 hier et 1 040 guéris dont 34 hier.  

A bout portant

AutoDiff