Publié dans Société

Hold-up dans un cash-point à Itaosy - « Les bandits étaient partis depuis longtemps », selon la Gendarmerie

Publié le mardi, 11 février 2020

Les enquêteurs ont procédé à une reconstitution des faits, hier. Ils tentent de comprendre comment exactement les deux bandits qui ont braqué le cash-point sis à la Cité ou « Akany Sambatra » d’Itaosy, ont pu s’enfuir. Pour les analystes, il est inconcevable qu’aucun des  éléments des Forces de l’ordre, encore moins les témoins à la scène n’aient pu voir les assaillants quitter le shop avec le magot, soit une somme de 5 millions d’ariary. Une victime,  cette préposée de 50 ans, a affirmé que les auteurs du forfait l’auraient menacée avec un revolver et un sabre.

 

A propos, le comportement des Forces de police dont le SAG, l’UIR et la Gendarmerie de la brigade locale, qui étaient censées neutraliser les deux assaillants au moment des faits, a créé une vive polémique au sein de l’opinion. Une vive discussion et surtout un doute puisque le dispositif des Forces de l’ordre n’a pas été levé jusque très tard dans la nuit des faits, et même jusqu’à hier matin.

Celle-ci était allée même jusqu’à soupçonner que la Police et la Gendarmerie auraient laissé filer les agresseurs, expliquant ainsi le fait que les fugitifs ont pu s’échapper entre les mailles de leur filet. Or, une source auprès de la Gendarmerie d’Itaosy maintient à tout prix sa version des faits, prononcée dès lundi soir même, comme quoi les éléments des Forces de sécurité, n’ont plus rencontré que les trois victimes, c’est-à-dire les femmes qui travaillent dans le cash-point. Lors de notre conversation d’hier, avec cette source de la Gendarmerie, elle était formelle sur un point. « La rumeur comme quoi les bandits se trouvaient encore à l’intérieur de la boutique, s’était largement répandue. Or, à l’arrivée des Forces de l’ordre sur les lieux, elles n’ont plus trouvé aucun suspect », assure notre interlocuteur.

Au moment où les policiers et les gendarmes ont pénétré dans le secteur du cash-point, l’une des trois femmes censées avoir subi l’agression se trouvait déjà à l’extérieur. « Les gens racontent qu’ils ont évacué en catastrophe la dame par une  fenêtre qui constitue un passage débouchant sur un garage adjacent au batiment. Nous craignons que les assaillants auraient profité de cette tumulte pour prendre la fuite », a-t-il ajouté encore.

En réalité, l’alerte aurait été trop tardive. « Le problème, c’est que les victimes n’ont pas pu nous alerter à temps. Ce sont des riverains qui ont appelé la Police. Mais lorsque les Forces de l’ordre se sont mobilisées, c’était déjà trop tard ! », soutient-il. L’unique faille dans toutes les hypothèses avancées jusqu’ici, c’est que la version des victimes,  n’a pas été encore connue.

Cette affaire a plus que jamais traumatisé l’ensemble des exploitants de cash-point de la Capitale. L’un d’eux n’a pas caché qu’ils n’ont personne sur qui compter pour les protéger. Un autre a demandé aux autorités en place afin qu’elles réagissent. Mais le braquage survenu lundi soir dernier à Itaosy,  n’a pas laissé le ministre de la sécurité publique insensible. Bien que tout le monde attende le résultat de l’enquête en cours et que les recherches se poursuivent, il a toutefois annoncé une prise d’une série de mesures spéciales visant à protéger désormais les cash-points de la ville. Le quadrillage de la ville figure dans la liste.

Franck R.  

Fil infos

  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff