Publié dans Sport

Football Jeux des Iles de l’Océan Indien Le CN de la FMF dans la confusion

Publié le vendredi, 17 mai 2019

Le match de qualification pour le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020, exclusivement réservé aux joueurs locaux, contre le Mozambique prévu  le 27 ou 28 juillet prochain coïncide avec les dates des Jeux des Iles. Alors que selon le calendrier de compétition pour le football, durant les Jeux des Iles, ce sera du 18 au 28 juillet. Trois pays en sont concernés sur ce cas à savoir l’Ile Maurice qui affrontera le Zimbabwe et les Comores contre la Namibie, durant le deuxième tour qualificatif du CHAN 2020. Selon le chroniqueur sportif Mirado Rakotoharimalala, soit le comité d’organisation des Jeux des Iles  porte un amendement au calendrier de compétition pour les Jeux des Iles et avance celui du football, car trois pays participants sont concernés. Ou bien c’est à la CAF de reculer de trois jours, autrement dit le 31 juillet, le programme du CHAN. Alors que le match retour est prévu pour le 3 ou 4 août, impossible de l’ajourner car les tours préliminaires de la ligue des champions CAF débutent les 11 et 12 août. Une autre option aussi, soit les pays participants préparent deux équipes nationales, une pour les JIOI et l’autre pour jouer au CHAN.

D’après l’amendement de l’article 7.1.1 de la Charte des Jeux,  « (...) tout concurrent doit avoir la nationalité de l'île et avoir été licencié dans l'île au moins douze mois». Donc les expatriés qui évoluent à l’extérieur ayant déjà été licencié dans le pays peuvent participer aux Jeux.  En ce qui concerne le CHAN, c’est exclusivement local. Pour le cas de l’Ile Maurice et les Comores, les Jeux des Iles restent une priorité pour eux. Ce sont les équipes  A qui disputeront les Jeux. Pour celui de Madagascar, le public propose qu’on laisse les Jeux des Iles aux expatriés malagasy qui évoluent dans l’Océan Indien et confie le CHAN aux joueurs locaux. Mais pourquoi ne pas aussi former une ossature de matchs de groupes aux Jeux des Iles avec des joueurs locaux. Cela aussi peut leur servir de préparation pour le CHAN. Ce ne sont que des suppositions, mais la dernière décision revient au staff technique de la direction nationale et au Comité de normalisation de la fédération malagasy de football. Tout dépendra sûrement aussi des moyens financiers. Par ailleurs, le CN ne s’est pas encore exprimé quant à sa position sur la situation.
Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff