Publié dans Sport

Football - CAN 2019 des Barea - Nicolas Dupuis déballe tout !

Publié le jeudi, 22 août 2019

Surpris par le parcours de sa propre équipe. A  la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte, les Barea atteignaient les quarts de finale à la grande surprise de tous, y compris leur entraîneur.
« Dès notre premier regroupement, on s’est fixé comme objectif de terminer du moins à la 3eplace de notre groupe. Vu la qualité des adversaires notamment la Guinée et le Nigéria, c’est déjà pour nous un défi relevé d’avoir cette place qualificative au cas où… » a révélé Nicolas Dupuis qui a fait face pour la première fois avec les journalistes malagasy hier. Visiblement ému en remémorant les 7 semaines intenses qu’il a vécues avec les joueurs et le staff technique, Nicolas Dupuis est allé dans les confidences les plus intimes des Barea. « En abordant le premier match de la CAN, et même avant, tout le monde était tétanisé. La peur de perdre cette rencontre inaugurale et même de subir une sérieuse raclée se lisait sur le visage de la délégation sportive. Cette situation s’est vérifiée sur terrain durant les 45 premières minutes. A la pause, c’est avec un sourire forcé que j’ai dit aux joueurs que voilà nous sommes entrés dans la compétition, maintenant il faut jouer. Je ne sais pas si ces mots ont réussi à donner confiance aux joueurs  mais en cinq minutes nous avons pu renverser la vapeur en égalisant et menant ensuite au score avant cette égalisation des Guinéens. N’empêche, un résultat nul à une première participation à la CAN a satisfait tout le monde » , narre le coach des Barea. Vient ensuite le match contre le Burundi qui était loin d’être facile, continue-t-il, mais dont l’issue nous a permis de gagner nos trois premiers points de la victoire, synonyme d’une 3e place quoiqu’il advienne après. Ce qui veut tout simplement dire que l’objectif qu’on s’est fixé est atteint.Nicolas Dupuis a ensuite fait une révélation, que l’équipe n’a jamais visionné les rencontres du Nigéria, avant ou pendant la compétition.

« On s’est dit que ce n’est pas la peine étant donné que c’est la formation intouchable à cette CAN et qui est loin de notre portée », avoue le technicien français. Mais comme les Barea sont déjà assurés d’une qualification à l’étape suivante, ils abordaient la rencontre contre les super Eagles sans stress ni aucune pression. «  C’était le plus beau match livré par mes joueurs durant cette CAN. Je ne suis pas le seul à le constater, les observateurs et les journalistes spécialisés me l’ont confirmé aussi. S’imposer devant le Nigéria c’était même dans le domaine de l’utopie mais les joueurs l’ont fait et cerise sur le gâteau, terminer la phase éliminatoire en tête du groupe », ajoute Nicolas Dupuis.Lui qui, à la veille de la rencontre des 8e de finale, a programmé une séance intense de tirs au but à ses joueurs. « Sur les 39 tirs effectués, 38 ont fait mouche. Je ne savais que cette réussite nous serait utile le lendemain face à la RD Congo. Une formation qui lors de notre dernière rencontre nous a largement battus. Bien que certains joueurs soient en larmes à la fin du match suite à cette égalisation à la dernière seconde, je leur ai dit de conserver ce score pendant les 30 minutes de la prolongation pour emmener les Congolais à la séance des tirs au but. Ce que les joueurs ont fait et la suite tout le monde le connait », tient-il à rappeler. Quant au match contre la Tunisie, il n’y a plus photo, reconnait-il, les Barea étaient fatigués. « Toutefois, ils ont pu tenir leurs adversaires pendant une heure avant d’encaisser ce but gag suivi de deux autres », ironise Nicolas Dupuis.
La présence du Président Rajoelina  était primordiale pour l’équipe
De cette campagne mémorable qui restera à jamais dans sa mémoire ainsi que le trajet de 8 heures d’Ivato  au stade de Mahamasina lors du retour au pays, le coach des Barea a adressé sa reconnaissance totale à certaines catégories de personnes. «  Le Président de la République en premier. Sa présence en Egypte avec son épouse était, croyez-moi, primordiale pour toute l’équipe. Je tiens aussi à remercier tous les joueurs sans exception qui malgré tout étaient fort mentalement durant les 7 semaines de préparation et de compétition. Le club des partenaires qui a cru en nous contrairement à d’autres, le ministre des Sports, les journalistes et bien sûr le peuple malagasy qui était toujours derrière nous et dont certains ont même déboursé une somme importante afin de nous soutenir sur place».Une narration qui sera bientôt visualisée sur écran géant. En effet, selon Patrick PisalHamida, Dg du groupe Telma le club des partenaires a mis un budget spécial pour envoyer un cameraman et un photographe en Egypte. « Ils ont pu entrer dans les coulisses des Barea et filmer différentes séquences inédites. On est en plein montage et réalisation du documentaire qui sera diffusé incessamment sur grand écran » confie l’initiateur du projet « miara-mirona avec les Barea ». Un coffret contenant un maillot authentique et un DVD du documentaire serait également bien, souffle un membre de l’assistance….
Nicolas Dupuis partant pour un bail  de quatre ans avec les Barea
C’est maintenant confirmé, Nicolas Dupuis reste avec le football malagasy pour les quatre années à venir. « J’ai reçu des sollicitations et des offres. Mais comme le Président de la République souhaite que je reste et que le peuple malagasy le veut également, je suis prêt à rempiler et diriger la sélection nationale jusqu’en 2023 », précise le coach qui a emmené l’équipe nationale de la Grande île à sa toute première phase finale de la CAN.     Une rencontre a eu lieu avant-hier entre lui et le Président de la République, Andry Rajoelina. Ce dernier qui était toujours derrière le sport malagasy, a confié à son hôte le projet qu’ils comptent réalisé ensemble afin de préparer la relève. « Nous étions la formation qui  a eu la forte moyenne d’âge en Egypte. Dans deux ans, on peut toujours s’appuyer sur le noyau dur de l’équipe à la CAN 2019 mais dans quatre ans, ce ne sera plus possible. Il faudrait dès maintenant détecter et former des joueurs. Mais avec le Président de la République, on va s’atteler à le faire. D’ailleurs, il m’a donné l’autorisation de vous dévoiler le contenu du projet » lance Nicolas Dupuis, engagé par l’Etat malagasy à donner un coup de pouce au développement du football local.Un centre de perfectionnement dans chaque région, six centres élites, soit au niveau des chefs-lieux de province et un institut supérieur dans la capitale. Telles sont les grandes lignes du projet à part les 21 terrains synthétiques dans les régions en plus du grand stade de Mahamasina rénové et une capacité doublée à 50.000 places avec une surface de terrain en gazon naturel avant le mois d’août 2020.Hormis cette grande rénovation de Mahamasina, six stades de 10 000 places, autant à  5 000 places et dix stades à 1 000 places avec gradins seront construits  dans tout Madagascar.  Excusez du peu.La détection des joueurs se fera dans tout Madagascar, dévoile Nicolas Dupuis qui affirme avoir déjà détecté deux bons éléments dans la partie Nord du pays et un à Tuléar. Des formations à l’endroit des techniciens sont également incluses dans ce vaste programme. Dans le futur proche, le coach programme un match amical pour les Barea le mois d’octobre prochain. « On compte tenir cette rencontre à Madagascar » confie Nicolas Dupuis.
Rata

Fil infos

  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !

La Une

Editorial

  • Non-évènement !
    Deux rigolos du microcosme politique local se rencontrent quelque part sous d’autres cieux. Deux personnages du genre énergumène ayant quelques points en commun trament ailleurs sous prétexte, dit-on, de dénoncer des fraudes électorales. Ils sont tous deux d’anciens Chefs d’Etat, et d’un. Ils ont fini chacun leur mandat en queue de poisson. En bref, des « indésirables » dans leur propre pays. De connivence avec quelques individus de la même « espèce », ils fomentent la pagaille ailleurs pour déstabiliser voire même renverser le régime en place. En réalité, leur manigance ne rime à rien. Etant des rejetés sinon des recalés pas plus lourds que le poids d’un brin de cheveu,  Ravalomanana Marc et Rajaonarimampianina Hery, car il s’agit d’eux, des « poids plumes », ne pèsent pas trop pour pouvoir renverser la tendance. Leurs gesticulations ne méritent même pas qu’on y prête attention. C’est un non-évènement ! Seulement, des observateurs avertis et pointilleux s’accordent à déduire…

A bout portant

AutoDiff