Publié dans Sport

Jeux Africains - Le ministre  booste les athlètes

Publié le vendredi, 23 août 2019

A six jours de la compétition, Madagascar n’a toujours pas débloqué son compteur de médailles aux Jeux Africains de Rabat qui se déroulent du 19 au 31 août. L’Egypte mène provisoirement avec 49 médailles dont 13 en or devant l’Afrique du Sud ayant 27 médailles mais 12  en or  et l’Algérie 30 médailles parmi lesquelles 10 en or.  Sur les 95 athlètes en lice, les judokas, les taekwondais sont déjà sortis de la compétition sans médaille. A noter que deux judokas malagasy, Karmaly et Norah, ont échoué au pied du podium. Pour le taekwondo, Sahondra Rakotoarinosy  a été disqualifiée dès le pesage sans même  monter sur le tatami. Un cas rare car elle a eu un surpoids dans la catégorie des moins de 49 kg.

Ialisoa Rakotovaoarisoa, engagée en moins de 53 kg, a été battue d’entrée par la Somalienne Munirah Abdiwahid par 53 à 32. Le passage de Junko Rakotobe sur le tatami a été de courte durée. Sans attendre, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto Raharoarilala, a fait le déplacement au Maroc pour venir auprès des athlètes afin de les motiver par sa présence. « Quand une autorité de l’Etat est présente durant la compétition, nos athlètes sont plus motivés et ne se sentent  pas seuls durant leur bataille. Ils se sentent soutenus et donnent plus d’enthousiasme à défendre l’honneur du pays », annonce le ministre Tinoka Roberto.

Comme le cas du basketball, avec la présence du ministre dans les tribunes, les joueurs ont donné un bon résultat. Pour la journée d’hier, Madagascar a disputé les quarts de finale contre l’Angola et Elly Andriamampionona, le numéro un du basket malagasy,  s’est qualifié en finale des tirs à trois points, après avoir dominé la compétition « Shoot-out- Contest » avec 6 paniers marqués.

Pour le basketball trois contre trois, Madagascar a battu le pays hôte, le Maroc 22-10, le Kenya (15-21) et battu par l’Egypte (22-18). Cette étape place au moins Madagascar à la huitième place sur 54 pays africains. Pour les autres disciplines, le ministre a conforté que nous sommes à une étape d’aiguisement.

« Par rapport aux Jeux des îles, le niveau de compétition monte d’un cran. Cette compétition vous permet de vous affûter. Ce n’est  que le début de la montée de notre sport. Les Jeux sont la vitrine de tous les sports. Il est temps de raviver le talent de nos sportifs et de les aider à atteindre leur objectif », souligne le ministre lors de sa rencontre avec les athlètes, dès son arrivée au Maroc. La boxe et le basketball tenteront de gagner respectivement des médailles en cette fin de semaine tandis que l’haltérophilie, le karaté et le tennis seront en lice ce samedi et dimanche.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff