Publié dans Sport

Football-Barea de Madagascar - Pas de répit pour les défenseurs

Publié le mardi, 24 mars 2020

Les Barea ne chôment pas. Vu le contexte sanitaire actuel, les membres de l'équipe nationale de football profitent de cette période de confinement pour prendre un peu de recul et faire une auto-évaluation de leur performance. Même s'ils ne sont pas sur un terrain de foot pour s'entrainer, ils ne perdent pas de temps. Malgré le report des matches de qualification de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN 2021) pour le Cameroun, les vaillants guerriers malagasy continuent de se focaliser sur la qualification de l'équipe dans la prochaine grande messe du football africain et pour la qualification à la prochaine Coupe du monde. La preuve, ils ne prennent pas les choses à la légère. Et pour eux, avant d'aller sur un champ de bataille, il faut être un bon stratège comme n'importe quel joueur professionnel.

 

Plusieurs d'entre eux ont confié que durant leur période de confinement, ils en profitent pour visionner des vidéos des matches précédents. L'objectif est de pouvoir s'analyser et de corriger leurs éventuelles erreurs afin de s'améliorer. C'est le cas notamment des défenseurs du FC Lorient Thomas Fontaine et de Pascal Razakanantenaina de l'AS Saint-Pierrois La Réunion.

« J'ai notamment regardé la rencontre contre le Sénégal pour évaluer mes performances », confie Fontaine sur le site d'Orange.actu. Autrement dit, les joueurs dont la prestation est encore sollicitée par le sélectionneur national Nicolas Dupuis, profitent de leur temps libre durant le confinement pour analyser leurs erreurs et de les rectifier par la suite.

Toujours dans le cadre de ce contexte sanitaire, la capitaine de l'équipe nationale Abel Anicet vient de lancer un message au peuple malagasy afin de bien respecter les consignes. « Ce n'est pas une blague : si les autorités nous recommande de respecter toutes les consignes, il y a des raisons pertinentes. Je suis loin de vous mais toute ma famille est à Madagascar. Je vous implore de rester à la maison. Beaucoup de vies ont été perdues à cause de cette maladie. C'est triste d'apprendre la nouvelle que la pandémie a atteint notr île. Mais faisons confiance à notre Gouvernement et écoutons ce que les autorités disent tant qu'il est encore temps », annonce le joueur international dans une vidéo.

Recueillis par E.F.

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff