Publié dans Dossier

Fetraniaina Rakotondrasoava - « J’aspire à contribuer à l’autonomisation des jeunes… »

Publié le vendredi, 24 janvier 2020

Journaliste et présentateur du journal du soir de Viva TV jusqu’en 2015. Responsable puis coordinateur média au sein de l’ONG « Search for Common Ground ». Bénéficiaire d’une bourse d’étude du gouvernement japonais dans le cadre du programme « Africa Business Education for Youth » ou ABE Initiative. Mamimbahoaka Fetraniaina Rakotondrasoava Andrianirina est actuellement de retour à Madagascar. Ce jeune leader âgé de 30 ans compte apporter sa contribution dans le redressement et le développement du pays, notamment au profit de la jeunesse.

Connu sur le petit écran sous le nom de « Fetraniaina Mamimbahoaka ». Ce jeune homme a suivi des études supérieures en Droit à l’université d’Antananarivo et auprès du Centre national de télé-enseignement de Madagascar où il a obtenu un diplôme de Magistère en études juridiques avec une spécialisation en droit pénal. Parallèlement à ses études, Fetraniaina a commencé à travailler dans le journal « Telonohorefy » de son grand-père en 2007. Ses articles lui ont permis d’obtenir le prix du « Journaliste Champion des Droits de l’Enfant »  attribué par l’UNICEF Madagascar. « Grâce à ce prix, j’ai pu renforcer mes capacités en communication et en journalisme. Puis, j’ai intégré Viva TV et FM en 2008. J’ai commencé comme journaliste-reporter de terrain et a gravi les échelons pour d’abord devenir le présentateur du journal en version malagasy et française de la chaîne, et en même temps s’occuper de la rédaction en étant rédacteur en chef adjoint puis rédacteur en chef », relate t-il.

Petit fils d’un journaliste politique, Fetraniaina s’est intéressé à ce sujet depuis son enfance. « J’ai été façonné par les débats politiques au sein de ma famille. Je me souviens des discussions que j’avais avec mon grand-père quand j’avais eu 7 ans. C’était durant la transition dirigée par Norbert Lala Ratsirahonana, avant la réélection de Didier Ratsiraka. Comme un adulte, j’ai été briefé sur les raisons de l’empêchement du professeur Albert Zafy », se souvient le jeune journaliste.

Jeune leader

Fetraniaina dirige une association de jeunes travaillant dans la promotion des droits des enfants, notamment le droit à l’éducation. En même temps, il est membre d’une autre association de jeunes travaillant pour le développement durable. En tant que jeune leader, il a pu représenter les jeunes malagasy à plusieurs rencontres internationales sur la jeunesse. « En 2012, j’ai participé au congrès mondial des jeunes et a travaillé dans le groupe de travail sur l’éducation. Nos propositions ont été présentées à la conférence des Nations Unies sur le développement durable qui a élaboré les objectifs de développement durable », illustre -t-il. Récipiendaire d’une bourse de l’ABE Initiative, le jeune homme a suivi ses études en Relations Internationales auprès de l’« International University of Japan » où il a décroché son diplôme de « Master of Arts in International Peace Studies ». Intéressé par la résolution pacifique des conflits et de la construction de la paix, cette filière lui a permis d’avoir plus de connaissances et d’expériences à ces sujets.

Après deux années passées au Japon, Fetraniaina a décidé de rentrer au pays pour contribuer au redressement de Madagascar, en s’inspirant du Japon. « Outre la politique éducative axée sur la recherche continuelle de l’innovation, de la perfection et de la qualité, le développement du capital humain figure parmi les secrets de la transformation du Japon. Aussi, j’aspire à contribuer à l’autonomisation et au renforcement des capacités de jeunes, pour que nos jeunes puissent contribuer pleinement au développement de Madagascar. Nous n’avons plus le droit de rater l’opportunité que nous avons aujourd’hui pour accélérer les efforts, travailler ensemble et rattraper le retard de développement de notre pays. Nous devons travailler ensemble et permettre à nos jeunes élites de contribuer pleinement. D’autre part, nous devons investir plus dans l’éducation de base, l’enseignement supérieur, et développement du capital humain », ambitionne-t-il. D’ailleurs, ce jeune diplômé a commencé un projet d’étude sur la participation politique des jeunes dans la reconstruction des pays qui ont vécu un conflit.

Inciter l’investissement

« Madagascar a besoin de créer des emplois pour son développement. La création d’emplois, quant à elle, nécessite le développement de l’industrie. Aussi, nous avons besoin d’inciter l’investissement à Madagascar. Un travail que j’ai commencé au Japon et que je compte continuer, afin de contribuer au développement de Madagascar, est la promotion de Madagascar comme destination, non seulement touristique, mais aussi une destination pour les investisseurs. Avec sa position géostratégique, Madagascar peut être un « HUB » pour les investisseurs de l’Asie et de l’Inde dans l’océan Indien, voire une porte d’entrée en Afrique subsaharienne. La capitalisation de cette position nous permettra d’intercepter la délocalisation des grandes industries et de la technologie venant d’Asie et de l’Inde pour après servir à travers Madagascar le marché et le débouché non seulement de la partie subsaharienne de l’Afrique mais du continent dans son ensemble surtout avec la concrétisation de la Zone de libre-échange continentale », s’exprime Fetraniaina. Le jeune homme a ramené des contacts d’entreprises japonaises souhaitant s’implanter à Madagascar. En décembre 2019, il a pu accompagner des émissaires d’une entreprise japonaise, spécialiste dans le développement et la production d’huile moteur, qui ont fait une visite de prospection dans la Grande île.

Avec les participants au programme ABE Initiative du gouvernement japonais, Fetraniaina travaille aujourd’hui dans la mise en place d’une plateforme qui nous permettra de booster la relation économique avec le Japon. « Il y a beaucoup d’opportunités de coopération entre nos deux pays, des opportunités qui restent à découvrir. Madagascar étant également une île qui intéresse les Japonais par sa biodiversité, ses ressources, et par les similitudes qui existent entre nos deux peuples », conclut-il.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff