Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Projet « Volobe » - Faire de l’hydroélectricité une autoroute de l’énergie

Publié le mardi, 05 février 2019

La Grande île fait face aujourd’hui à un sérieux problème de ressources énergétiques. Ainsi, le projet « Volobe » a été mis en place afin d’apporter des solutions à cette grande problématique. Sous l’impulsion du Gouvernement et avec le soutien des bailleurs de fonds, entre autres la Banque africaine de développement, la Compagnie générale d’hydroélectricité de Volobe (CGHV) veut faire de cette ressource une autoroute de l’énergie. A travers la liaison haute tension entre les réseaux interconnectés de Toamasina et de la Capitale, un véritable pont du réseau électrique malagasy sera ainsi installé.

Effectivement, ceci permettra surtout d’acheminer une partie de l’électricité produite par la centrale de Volobe vers la ville d’Antananarivo, et cela afin de répondre favorablement aux besoins de la population citadine. En outre, la production servira également pour approvisionner les industries environnantes.

Modulable à souhait

En plus, il ne faut pas oublier que l’hydroélectricité reste jusqu’à maintenant la seule source d’énergie à la fois renouvelable et modulable. « Associée à un réservoir, l’hydroélectricité  est l’une des seules énergies renouvelables et modulables. Elle ne génère généralement pas ou peu de gaz à effet de serre. Et son flux peut s’adapter quasi instantanément à la demande. Il est en effet possible de faire monter très rapidement la puissance électrique produite en cas de forte demande et vice versa », explique un responsable auprès du groupe Axian. Tout cela représente des avantages surtout pour le secteur industriel malagasy. Vu que le pays n’est pas encore industrialisé, les industries nouvellement créées pourront ainsi adapter leurs infrastructures pour préserver l’environnement. Ainsi, l’utilisation de l’énergie verte comme source principale d’énergie s’avère primordiale. Avec le projet « Volobe », cette alternative sera donc possible étant donné que l’énergie produite pourra être augmentée au fur et à mesure que les besoins des industries augmentent.  

Pour rappel,  le projet « Volobe » est développé par la CGHV dont les actionnaires sont Jovenna du groupe Axian et l’entreprise Colas. Prochainement, ils seront rejoints par SN Power et Africa 50. Le projet est encore au stade de différentes études de faisabilité. En tout cas, le démarrage des travaux préliminaires est prévu en fin de cette année.   

Rova Randria

Fil infos

  • Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes
  • Code de la Communication - Lancement des consultations à Mahajanga
  • Pack voyages Dubaï et Etats-Unis - Un vendeur de vent s’invite dans la filière
  • Rencontre Rajoelina et pétroliers - Prochains rounds ce jour et demain
  • Infrastructures pétrolières - Sécurité à renforcer
  • Mariage forcé d’une Malagasy en Chine - Une mère et sa fille devant le Parquet
  • Paysage politique malagasy - Disparition des grands partis d’antan
  • Résultats provisoires des législatives - Les « Orange » largement en tête
  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible

La Une

Editorial

  • Quid de l’immunité !
    Les services de la Police firent parvenir, pour tout public, un alarmant communiqué selon quoi l’ancienne députée élue dans la Circonscription d’Antsirabe II de la législature précédente fait l’objet d’un avis de recherche depuis le 9 avril 2019. L’ex-parlementaire en cavale, réputée proche ou très proche du régime HVM, est accusée d’abus de confiance et d’escroquerie. Délits lourdement punis par la loi ! L’affaire remontait quelques années auparavant. Mais par la magie … noire du concept de l’immunité parlementaire, elle réussit à se faufiler entre les mailles des autorités compétentes. A elle seule, l’ex-députée d’Antsirabe II, Nirina Ravelohanitra car il s’agit précisément d’elle, illustre en grandeur nature les failles du régime de Rajaonarimampianina et remet sur le tapis, pour la énième fois, le débat sur la pertinence de l’ « immunité », ce privilège délétère accordé, entre autres, aux élus du Parlement. En effet, élue lors des législatives de 2013 sous l’étendard du parti…

A bout portant

AutoDiff