Publié dans Economie

Energie - La distribution de « kits solaires » comme projet pilote du Gouvernement

Publié le vendredi, 08 mars 2019

De l’énergie pour tous. Ce sera le thème choisi dans la mise en œuvre du projet d’électrification à Madagascar. Selon le constat établi, seulement 15 % de la population ont accès à l’électricité dans toute l’île. C’est pourquoi le Conseil des ministres qui s’est tenu jeudi dernier s’est préoccupé sur ce sujet. Les membres du Gouvernement ont adopté la distribution de « kits solaires » comme projet pilote lors de la réunion a Ambohitsirohitra, afin que la population malagasy ne vive plus dans l’obscurité.

A noter que ce nouveau dispositif comprend déjà une ampoule et une prise pour charger les téléphones. Comme il a été entendu lors de l’entrevue avec les représentants la Banque africaine de développement (BAD) mercredi dernier, cette institution de crédit octroie un financement s’élevant à un million de dollars afin de mener une étude des zones dont le raccordement de la JIRAMA ne pourra pas atteindre. Ces lieux marginalisés bénéficieront ainsi du kit. Elle se charge également de la distribution des kits solaires dans les zones concernées.

Trois types

 Le Gouvernement distingue trois types de kits solaires selon sa capacité d’alimentation. Le premier a une capacité faible et alimente uniquement le téléphone portable en dehors de l’ampoule. Quant au second, son énergie donne un accès supplémentaire à un ventilateur. Enfin, le troisième kit solaire a une capacité supérieure et peut alimenter les réfrigérateurs et les téléviseurs. Quant au prix, le montant fixé est abordable puisqu’il tourne autour d’un à deux dollars par mois, soit entre 3 500 à 8 000 ariary selon la variation du cours de change. En plus, le paiement sera facilité puisque la durée s’étale de 12 à 24 mois. Près de 200 000 personnes vont bénéficier de ce projet. Ainsi, le Gouvernement envisage un taux d’accès à l’électricité qui pourra atteindre jusqu’à 50 % de la population. L’économie nationale reprendra ainsi son souffle puisque l’énergie représente un moteur clé en matière de productivité.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff