Publié dans Economie

Réseau « Soa » - Faciliter l’entrée professionnelle des jeunes

Publié le jeudi, 16 mai 2019

Privilégier la population rurale. L’entrepreneuriat est un monde assez vague, plus particulièrement pour les jeunes paysans dans les différentes communes rurales. Ils finissent alors par ne pas avoir de rentrée régulière de revenus pour assurer leurs besoins. Pour y remédier, le réseau « Soa » a initié un programme d’appui dédié aux jeunes agriculteurs de la Région de Bongolava des organisations paysannes, avec l’assistance du programme Procom de l’Union européenne. Le principal objectif est de faciliter l’entrée des jeunes dans le monde professionnel.

« Quatre jeunes sur cinq ne dépassent même pas le niveau du collège dans les zones rurales. De ce fait, ils n’ont aucune compétence pour pouvoir développer une affaire ou pour devenir un vrai professionnel dans le monde agricole. Ils ont les compétences de travail mais non les capacités managériales. Des actions ont ainsi été menées par ce programme pour leur permettre d’émerger dans le monde du travail » maintient Gérard Andriamandimby, directeur du réseau « Soa ». 84 jeunes, âgés entre 20 et 32 ans, ont donc pu en bénéficier. Leurs principaux secteurs d’activités se concentrent sur l’élevage de poulets

« gasy » et de vaches laitières. « Pour les choisir, nous nous sommes appuyés sur les enquêtes réalisées par nos organisations paysannes partenaires. Ils ont un niveau scolaire très différent. Ainsi, il a fallu beaucoup d’attention de la part des techniciens et des formateurs pour que chacun puisse bien assimiler toutes les méthodes enseignées et les appliquer ensuite. Et ce suivi personnalisé a bien porté ses fruits », précise le directeur.

De 500 000 à 5 200 000 ariary

Plusieurs volets ont ainsi composé la préparation des jeunes pour leur entrée professionnelle. Le premier volet s’est principalement concentré sur la formation notamment en termes de transformation agricole ou encore de gestion d’entreprises. Le second point s’est axé sur le partage d’expériences à travers les visites d’entreprises. Et le dernier volet concerne l’appui financier. « Nous avons donné à peu près 700 000 ariary à chacun de nos jeunes pour qu’ils puissent faire acquisition de matériels adaptés aux besoins de leur entreprise respective. Nous les avons également assistés dans la recherche de financements et la mise en œuvre de leur plan d’affaires », ajoute-t-il. En tout cas, pour Ruphin Ratolojanahary, ce projet lui a permis de mieux s’épanouir. « A la suite du projet, dès la première année, j’ai pu développer une démarche qualité dans la production de mes semences. Et comme j’ai su mieux gérer mes finances, j’ai pu faire un emprunt pour acheter des nouveaux matériels et étendre mon terrain. Et en appliquant tous les acquis du projet, mes revenus sont passés de 500 000 à 5 200 000 ariary en trois ans », témoigne ce jeune agriculteur de 28 ans.

Le réseau « Soa » considère ainsi que l’appui des jeunes et des petites et moyennes entreprises agricoles sera le meilleur moyen pour développer rapidement le secteur agricole malagasy. C’est pourquoi il essaie d’en faire de même pour tous les jeunes agriculteurs du pays.   

Rova Randria

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff