Publié dans Economie

Riziculture - Digitalisation de la production dans tout Madagascar

Publié le vendredi, 20 septembre 2019

Le riz représente le principal aliment de la population malagasy. De ce fait, la riziculture occupe une position stratégique dans le système de production du pays. Pour une meilleure rentabilisation de la filière, un projet de digitalisation de la riziculture à Madagascar sera bientôt initié par Atos, leader international de la transformation digitale et Bearing Point, un cabinet de conseil en management et technologie indépendant aux racines européennes avec une couverture  mondiale. Cette digitalisation se fera par l’apport des solutions intégrées d’Applications métiers et environnement de travail connecté.

« Ce projet est une plateforme à double enjeux pour les agriculteurs, premièrement une contribution à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire à Madagascar, et deuxièmement l’amélioration des conditions de vie des riziculteurs malagasy à travers l’augmentation des rendements agricoles, la diminution des pertes et gaspillages tout au long de la chaîne de valeur, une meilleure distribution du riz d’une région excédentaire vers des localités déficitaires, ainsi que la réduction des asymétries d’information sur les prix lors de chaque transaction », a détaillé le responsable du projet, lors de sa présentation la semaine dernière à la Foire internationale de l’Agriculture-Agribusiness-Agroalimentaire à la zone Forello Expo située à Tanjombato.

Ainsi, la plateforme disposera des fonctionnalités de base telles que le référencement des agriculteurs, le paiement mobile, des informations sur la météorologie et le prix, une formation élémentaire aux pratiques agricoles, une évolution de l’éligibilité aux microcrédits. « L’objectif étant de permettre aux agriculteurs d’accéder à des services facilitant leurs  activités économiques comme les semences de qualité, les amendements ainsi que les prêts bancaires et les assurances », ajoute le responsable.

Etude

Pour le moment, les initiateurs du projet conduisent une étude de faisabilité financière et technique de ce modèle, sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et financé par le ministère de l’Economie et des Finances, afin d’évaluer la possibilité et les modalités de sa concrétisation d’ici deux ans au maximum. Ils souhaitent notamment d’être au plus près de la réalité des pratiques et du terrain malagasy. En tout cas, un prototype sera bientôt testé en conditions réelles, représentatives des pratiques culturales au sein de la filière riz.

Rova Randria

Fil infos

  • Les rues de la Capitale - Tout est à refaire
  • Libération « LEVA », fuite de Raoul Rabekoto Arizaka - Ô corruption, suspends ton… envol !
  • Parlement - Session extraordinaire à partir du 4 mars 2020
  • Rapport public du Tribunal financier d’Antananarivo - Un comptable de la CUA débiteur de 39 millions d’ariary
  • Cavale rocambolesque - Raoul Rabekoto Arizaka en fuite à l'étranger
  • Développement à grande vitesse - La mentalité encore à la traîne !
  • HVM - De mauvais élèves donneurs de leçons
  • Restitution des îles éparses - La position de Madagascar reste inchangée
  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff