Publié dans Economie

MEDEF International - « Madagascar remplit les critères attendus »

Publié le mercredi, 09 octobre 2019

Rassurés. C’est avec ce sentiment que les représentants de 30 entreprises françaises, issus de la délégation de MEDEF International venue pour une visite de prospection, ont quitté la Grande île. Effectivement, ces trois jours de rencontre avec le  secteur privé mais aussi public, sans oublier les sociétés françaises déjà bien implantées à Madagascar, ont permis d’éclaircir la lanterne des investisseurs,surtout en matière de conditions d’investissements et d’opportunités exploitables dans le pays. Chaque entrepreneur a ainsi eu la possibilité d’échanger avec les autorités locales rattachées à leurs activités respectives, lors de la rencontre avec le Président de la République, Andry Rajoelina et les membres du Gouvernement.

« En tout cas, les entreprises françaises sont déjà présentes à Madagascar. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Toutefois, actuellement, cet intérêt pour le pays ne cesse de s’accroître. Et la venue de cette délégation du MEDEF International dans la Grande île le prouve bien. L’idée étant d’élargir les relations économiques entre les deux pays pour un partenariat gagnant-gagnant », a soutenu Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar, avant-hier à la Résidence à Ivandry, durant une rencontre de la délégation des entrepreneurs français avec les opérateurs locaux.

« La défaillance historique de Madagascar en termes d’investissements fait que certaines entrepreneurs français ont toujours hésité à investir dans le pays. Cependant, au cours de cette visite, nous avons ressenti le début d’un nouvel air, avec une véritable volonté à évoluer. Ce qui fait que nous sommes confiants pour l’avenir des investissements. En plus, des entreprises françaises comme Orange ou Canal+ sont présentes dans le pays depuis plusieurs décennies déjà. Si elles sont encore présentes aujourd’hui, c’est que Madagascar remplit les critères attendus par les investisseurs. Il faudra juste dépasser cette peur psychologique », s’enthousiasme Vincent Bigaud, représentant d’Aggreko, une entreprise spécialisée dans le secteur énergétique. Il ne faut pas oublier que le choix des investisseurs repose sur un ensemble de critères, allant du foncier au taux d’inflation, de même que les différentes garanties d’investissement. Et c’est en fonction de ces critères qu’ils choisissent un pays ou un autre. « Mais le plus important pour un entrepreneur reste le retour sur investissements. Telle est la question fondamentale. Mais pour nous, les opportunités sont bien présentes. Nous avons par exemple déjà répondu à un appel d’offres d’une industrie minière du côté de Toliara pour la construction d’une centrale hybride », ajoute-t-il.  

D’un autre côté, le contexte culturel coïncide aussi avec les besoins de ces entreprises. « Ce serait difficile pour nous de nous installer dans un pays parlant l’anglais ou une autre langue. Mais c’est plus simple dans des pays francophones comme Madagascar, vu que l’environnement culturel mais aussi linguistique nous sont plus familiers », soutient un représentant d’une entreprise. En tout cas, le Chef de l’Etat a déjà promis la révision du cadre juridique dans le pays pour une meilleure sécurisation des investissements, quelles que soient les entreprises concernées.

Rova Randria

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff