Publié dans Editorial

L'An X

Publié le mardi, 05 février 2019

Le journal « La Vérité » fête ses 10 ans. Plus précisément, 10 ans 8 mois et 6 jours ! Paru pour la première fois le mois de mai 2008 « La Vérité », le quotidien-phare du Groupe de presse Sodiat, tenait à marquer d'une pierre l'anniversaire, dans les locaux du journal, Immeuble Pradon à Antanimena, le samedi 2 février une cérémonie sobre mais hautement solennelle. Une fête familiale, bon enfant, honorée par la présence de hauts dirigeants du Groupe. De ma mémoire d'homme, je garde frais dans mes souvenirs, en tant que lecteur assidu, ce premier jour de parution de « La Vérité ». Personnellement acquis à la ligne éditoriale du journal, je n'ai jamais raté de m'en procurer pas même un seul numéro durant ses 10 ans d'existence.

Lors de son discours, Hery Mampionina, le président du Comité de Rédaction, laissait entendre entre autres que pour un homme 10 ans c'est encore l'âge de la dépendance mais pour un journal, 10 ans c'est déjà la phase de croisière.

Effectivement, un jeune de 10 ans va intégrer, à peine, l'âge de l'adolescence. Encore en pleine période d'insouciance et l'étape décisive de l'apprentissage. La responsabilité des parents, dans son évolution, occupe une place importante. Tandis que pour un quotidien, atteindre le cap dix ans traduit l'âge de la maturité. Pour le cas de « La Vérité » particulièrement, en dix ans d'existence, le journal a acquis la notoriété.

Pour en arriver là, « La Vérité » a dû traverser au moins trois régimes politiques, et cela, dans un contexte politique souvent hostile. Le régime TIM de Ravalomanana, n'admet pas que les média privés non phagocytés puissent s'exprimer librement. Menaces et intimidations furent le lot quotidien des professionnels de la presse non assujettis au régime. Idem pour le pouvoir HVM, les barons aux cravates bleues ne toléraient aucunement que les journalistes évoluent dans la liberté d'expression. Une disposition pourtant reconnue par la Constitution, une des bases de la démocratie. La Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) stipule de façon nette l'importance de la liberté d'expression. Des emprisonnements et des interpellations, parfois avec violence, sans parler des intimidations et des abus dans tous ses états, se faisaient courants durant ces régimes dictatoriaux.  

Le journal que vous êtes en train de tenir entre les mains, avait dû subir les affres des bourreaux au pouvoir. Le Code de la Communication médiatisée, nouvellement adopté au forceps pendant le régime HVM illustre, en grandeur nature, les lugubres intentions des détenants du pouvoir à vouloir museler la presse libre.

Depuis sa création en mai 2008, le journal quotidien « La Vérité » ambitionnait, et ce jusqu'à ce jour, de  ne dire, sans peur ni reproches, que la vérité et rien que la vérité. Des faits avérés qui pour interpeller le régime, qui pour dénoncer les abus des dirigeants, qui pour rappeler à l'ordre certaines brebis galeuses, etc. Tout cela s'inscrit dans la ligne droite du slogan selon lequel « toute vérité est bonne à dire ! »

Avec l'avènement du nouveau régime IEM, l'enjeu change de décor mais la ligne éditoriale reste la même :

la vérité est bonne à dire.

Que l'An X du journal puisse apporter du bonheur au pays et félicitations à tous !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff