Publié dans Editorial

Femme d’honneur et excellence !

Publié le lundi, 15 avril 2019

Sens du devoir et de la responsabilité. La première des Premières Dames malagasy à avoir le sens du devoir national, Mialy Rajoelina Razakandisa se distingue entre toutes. Elle porte dans son cœur et son âme le sens de la responsabilité envers les concitoyens surtout les concitoyennes en peine. Mialy ne supporte point de voir ou constater le malheur des malagasy. Elle ne peut non plus rester inactive face à aux cris de détresse de ses semblables. Nombreux sont les défis qui l’attendent en tant que Première Dame. Une Femme  d’honneur et d’excellence dans le sens du devoir et de la responsabilité envers les compatriotes ! Déjà depuis la Transition, en tant qu’épouse du Président, Mialy Rajoelina fondait l’Association Fitia.

Une association dont l’objectif principal consiste à aider ou assister les personnes démunies non seulement sur le plan de la condition matérielle de vie mais aussi dans le domaine de la santé ou autres. Les femmes et les enfants en sont la population cible prioritaire. L’espace d’action de l’Association Fitia ne se limite pas à l’intérieur du cadre national, elle embrasse jusque dans le grand Continent, l’Afrique. Ainsi, le 5 et le 6 février 2018 à Accra Ghana,  la présidente de l’Association Fitia fut élue présidente de PAESFA (Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance). En effet, par l’alliance de Ghacco (Ghana Alliance for Clean Cookstoves) et l’Association Fitia, une plateforme ayant pour vision sur la vulgarisation de l’usage de l’éthanol chez les ménages africains est née. Une excellente contribution à l’amélioration des conditions de vie des femmes et à la sauvegarde de l’environnement. En fait, c’est un engagement cher à la Première Dame malagasy. Le projet vient d’être lancé à Madagascar, la Journée mondiale de la Femme en est le cadre idéal de démarrage. La Communauté internationale apprécie dans sa juste valeur l’engagement profond de la Première Dame malagasy pour la cause de la population notamment les plus défavorisées. Le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) par le biais de son Représentant résident à Madagascar Constant-Serge Bounda sollicita officiellement et solennellement Mme Mialy Rajoelina Razakandisa de bien vouloir accepter d’être l’ambassadrice du FNUAP. Une marque d’honneur et d’excellence que la Première Dame malagasy a accordée en toute humilité et sincérité. En fait, FNUAP se dit attentionné par l’engagement profond et soutenu de l’épouse du Chef de l’Etat dans la bataille contre toutes formes de violence en particulier celle basée au genre (VBG) et celle en relation avec le mariage précoce. C’est une âpre lutte que notre championne, la Première Dame, mène sans relâche depuis toujours par le truchement de l’Association Fitia. Dans tous les discours qu’elle tient, elle persiste et signe sur le respect en fonction du genre et afin qu’on mette un terme à la maltraitance des êtres humains qu’elle qu’en soit la forme. Curieusement, son époux de Président de la République concentre d’importants efforts allant dans le même sens de conviction. S’agit-il d’un heureux et bienveillant hasard ou plutôt d’une « complicité » entre époux ? Le Chef de l’Etat ne ménage ses efforts quand il faille porter d’urgence des secours  aux femmes en grande difficulté. Ambassadrice du FNUAP, Mialy Rajoelina pourra certainement faire valoir ses compétences et ses convictions pour le bien de tous.
  Ndrianaivo

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff