Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Pressions inconvenantes

Publié le mardi, 04 juin 2019

Après  le scrutin des législatives du 27 mai, on entame la phase la plus critique du processus. En effet, les responsables électoraux de la CENI de même ceux de la HCC s'activent dans la fournaise des compilations des PV et les comptages des voix à partir des dossiers émanant des Sections de recensement des matériels de vote (SRMV) des 119 Districts dans toute l'étendue du territoire national. Du côté d'Alarobia, les commissaires vérifient les PV et font le total des voix obtenues par chaque candidat. Une fois les travaux bouclés, avec les résultats provisoires, ils les renvoient tels qu'ils sont à Ambohidahy. Il appartient aux Hauts conseillers de contrôler, en dernier ressort, tous les PV et en cas d'irrégularités, ils sont habilités, les seuls d'ailleurs, à trancher.

 

A Madagascar, le processus électoral comporte, du début jusqu'à la proclamation finale,  cinq étapes bien distinctes mais foncièrement liées les unes des autres.

La première étape, la campagne électorale. Elle comprend deux jalons, la « précampagne » et la « campagne » proprement dite. La « pré-campagne », la loi électorale malagasy ne l'interdit pas. Le postulant à la candidature peut organiser des descentes sur terrain  et exposer son éventuel projet de société mais tout en se gardant strictement de convier l'assistance à « voter » pour lui ou à son programme. La loi ne donne pas non plus aucune consigne sur la date du début de ce « préambule ». Ensuite vient la campagne, la vraie, la loi est claire sur ce sujet. Le commencement ainsi que la fin sont fixés nettement. C'est le moment où le candidat officiellement retenu explique de long en large son programme tout en invitant l'électorat convaincu de la pertinence de son projet d'opter en sa faveur.

La deuxième étape, le vote. C'est la phase cruciale du processus où tous les citoyens en âge de voter et dûment inscrits sur la liste électorale s'apprêtent à effectuer leur devoir de citoyen et choisissent, le jour-J, dans le secret des urnes le candidat de leur choix.

L'étape suivante, la phase critique du processus à savoir les comptages des voix au niveau des bureaux de vote et ensuite l'acheminement des PV vers les SRMV des Districts où l'on exécute les premières étapes de compilations des voix pour les envoyer au siège de la CENI (Alarobia). A partir des SRMV, on peut déjà avoir les premières tendances des votes.

Ensuite, là où nous sommes actuellement, les compilations à l'échelle nationale des scores obtenus par chaque candidat par le soin des commissaires nationaux. On s'attend incessamment à ce que la CENI publie les résultats officiels …provisoires en les convoyant directement à la HCC, l'instance ultime du processus.

Enfin, en dernier ressort, il appartient à la HCC de finaliser tous les travaux (recours y compris) avec tous les contrôles nécessaires et à terme publier les résultats officiels et définitifs. Il n'existe aucune juridiction de recours après l'Arrêt de la HCC.

Pointilleux tels qu'ils sont, les Hauts conseillers d'Ambohidahy ne laisseront aucun détail portant préjudice voire atteinte à la crédibilité de leur verdict. Par voie de conséquence, inutile de se livrer à des gesticulations inutiles frisant à des contestations sur les résultats, encore officieux ou même provisoires. Il faut savoir attendre et éviter les pressions inconvenantes.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff