Publié dans Editorial

Danger public

Publié le jeudi, 15 août 2019

« Quatre morts en l’espace de vingt-et-une heure ! » Tel fut le gros titre à la Une d’un quotidien de la Capitale en début de ce mois entre Anosizato à Ampitatafika. Un autre presque au même moment à la Une également fit état de « 75 infractions par heure relevées aux 67 ha ». Quelques années auparavant, en 2015 on a enregistré 156 accidents routiers mortels. Et les statistiques continuent de monter en flèche.
A ce rythme et en se basant uniquement sur ces indices très révélateurs et forts édifiants, la circulation routière caracole, sans ambages, en tête de peloton du secteur le plus meurtrier à Madagascar  en même temps détient le record de gabegie.   L’Agence nationale des transports terrestres (l’ATT), conçue et censée gérer pour la bonne gouvernance des circuits sur terre dont principalement la route, n’a pas su faire preuve, jusque-là, de capacité à mettre de l’ordre. En ville comme sur routes nationales et celles d’intérêt provincial, les accidents augmentent en nombre et deviennent de plus en plus graves sinon mortels.


A Antananarivo-ville, l’anarchie règne. Les taxi-be créent des bouchons interminables. Les deux-roues et les charrues circulent n’importe où, n’importe comment. On dirait que les rues de la Capitale ne sont plus réglementées par aucun Code de la route. Le cas du grand quartier de 67 ha cité en haut avec  75 infractions en une heure nous révèle que le respect de la loi relative à la circulation routière à Tanà échappe totalement au code en vigueur. A chacun de faire son petit calcul, si les agents verbalisateurs feront le contrôle la journée entière, combiens d’irrégularités iront-ils constater ? Sans entrer dans les détails de l’insécurité, la Ville des Mille n’est autre que la Cité des « sans-loi ». Incapables de mettre sous contrôle la ville, les élus TIM tournent autour du pot et ne savent que faire.  Il est grand temps de changer et de renouveler l’équipe. La période des vacances pointe son nez ! L’opinion publique, pour ne pas dire les contribuables, attend de pied ferme le ministère des Transports et du Tourisme, en particulier l’ATT, qu’il prenne les mesures adéquates et fermes afin de juguler le bordel qui règne dans ce secteur … meurtrier. Il doit travailler de concert avec les professionnels du transport, de voyageurs notamment, de telle sorte  que les usagers (en ville ou sur route) puissent faire leur trajet dans la sérénité. A rappeler qu’en cette période de vacances, tout le monde aspire à une vie de repos, de farniente. C’est injuste de subir le … pire sinon l’ambiance de morgue en lieu et place de la gaieté et la liesse de l’air pur des côtes. Depuis belle lurette, on réclamait le lancement d’une vaste campagne nationale de sensibilisation et d’éducation axée sur le civisme et la bonne conduite à l’intention de tout usager de la route, malheureusement rien n’est fait du moins jusque-là. Le pouvoir public dont l’ATT au diapason avec le groupement professionnel du métier ont la lourde tâche de mettre en œuvre ce programme étalé sur toute l’année. Et surtout, veiller au contrôle et suivi.  Le transport terrestre, un secteur vital dans le mécanisme de la machine de la vie nationale,  risque de se muer inéluctablement en danger public national.

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff