Publié dans Editorial

Enfin, du changement !

Publié le vendredi, 16 août 2019

Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

Il laissait entendre que sa nomination à ce poste, très stratégique, résultait d’un processus de test strict et sévère et d’une recommandation directe des bailleurs traditionnels et par conséquent on ne peut pas le « toucher » sans l’aval de ces derniers. Toutes les démarches de l’inter-syndical de la Compagnie à vouloir l’éjecter ont été vouées à l’échec. Or, selon certaines sources dignes de foi, Monsieur Jaomiary Olivier a été recruté sur la base d’un critère plutôt partisan, au profit du parti d’Etat, à l’époque. La preuve, en dépit de la situation catastrophique de la Compagnie, le nouveau DG effectuait peu de temps après la prise de fonction un recrutement massif dont presque la totalité des « heureux élus » viennent des rangs du HVM. Le personnel criait au scandale mais rien n’y faisait.

Le problème de la JIRAMA, entre autres les coupures d’eau et les délestages d’électricité s’intensifient et se compliquent. La grogne monte. A Tanà ou dans les Régions, les usagers ne supportent plus le calvaire vécu par la médiocrité du service rendu. Certains observateurs craignent l’éventualité d’un sabotage émanant de l’intérieur voire de l’instance dirigeante de la Compagnie elle-même. L’on sait que la déroute persistante de la JIRAMA fut à l’origine de la chute du régime HVM. La promesse ferme dite mais non tenue, par la suite, par le nouveau Président fraîchement investi en janvier 2014 lors de son discours inaugural de prise de fonction à Mahamasina le conduit irrémédiablement à la porte. On voudrait quelque part reproduire ce sinistre schéma. Très remontées contre les éternels délestages ou coupures, les populations d’Ambohipo, d’Ankazomanga, d’Itaosy ou ailleurs ne tolèrent plus.

Les nouveaux maîtres du pouvoir, conscients du danger qui guette, ont pris les mesures qui conviennent. Dans le point 2 du Velirano, Rajoelina promet d’apporter les solutions percutantes pour en finir à jamais à cette crise d’eau et d’électricité à Madagascar. Toute la population a droit à une eau potable et d’éclairage à longueur de la journée et de la …nuit de l’année. Il a demandé l’échéance de deux ans pour tout mettre en ordre. A ce rythme et avec la gestion catastrophique de l’équipe actuelle à Jaomiary, on est certainement très loin d’atteindre le but à temps. Donc, il faut, à tout prix, changer !

L’IEM ne laisse à aucun responsable le choix à la négligence de la tâche normalement dévolue à chacun. La satisfaction des besoins quotidiens de la population prime à tout moment.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff