Publié dans Editorial

La colère d’un Président

Publié le lundi, 07 octobre 2019

On craint souvent la colère des dieux. La terre tremble. Le ciel gronde. Les océans s’agitent. Et le vent fort souffle en rafales. Mais, il faut se méfier aussi aux courroux d’un Chef d’Etat. Quand l’homme fort du pays se fâche, gare à ceux ou à celles qui furent à l’origine de la colère. Attention ! Le premier souci pour le maître du pays réside à défendre le bilan de ces neuf premiers mois de son avènement au pouvoir. En effet, à l’issue d’une élection libre et démocratique, Rajoelina Andry Nirina accède à la magistrature suprême de l’Etat. Il défait son adversaire de … toujours par un score confortable et sans appel de 55,64 % contre 44,36 % pour le perdant, Marc Ravalomanana. Une déroute que l’ancien Chef d’Etat ne parvient pas à digérer encore plus accepter. Il se caresse discrètement et toujours l’idée de revenir à la barre et prendre autant qu’il le faudrait sa revanche.

 

Durant ces trois trimestres, en exerçant la lourde tâche de Chef d’Etat, Rajoelina Andry Nirina n’a pas du tout chômé. Une volonté imperturbable de traduire en actes le Velirano l’anime à tout moment. Etant un homme de parole, le premier magistrat du pays travaille d’arrache- pied et parcourt le pays pour la mise en œuvre des grands projets prévus dans l’IEM et annoncés à travers le Plan Général de l’Etat (PGE). En gros, Rajoelina neutralise un par un les arguments clamés par les opposants sinon les détracteurs du régime. Apparemment, les plus zélés au service du gourou du Bel’Air n’ont pas assez de motifs pour étayer leur acharnement.

Par ailleurs, l’intervention à la chaîne nationale en « émission spéciale » de ce dimanche a permis au Président de la République de faire publiquement état de sa colère face aux agissements irresponsables de certains « mpiray tanindrazana ». Des actes totalement indignes et contraires aux intérêts majeurs de la Nation.

Andry Rajoelina ne baisse point les bras dans la lutte contre l’insécurité. Tous les moyens efficaces et sophistiqués ont été mis à la disposition des Forces de la défense et de la sécurité (FDS). Et la dotation en armes capables de dissuader les malfrats continuera. Il met en garde sévèrement les « profiteurs » ou les pêcheurs en eau trouble exploitant le malheur du peuple.

Il ne tolèrera pas la diffusion sur la place publique de fausses informations créant des troubles dans les esprits et déstabilisant le régime. Il n’a jamais était question d’interdire la libre circulation des hommes en particulier les femmes. C’est une aberration s’offusque le Chef de l’Etat. La Première Dame non plus n’a pas mâché son indignation devant une telle énormité.

Le scandale du Bacc 2019 (enseignement général) n’a pas manqué de provoquer la colère du Président. Une faute archi-lourde qu’il ne compte pas rester sans réagir fermement. Les responsables, qui que ce soit, paieront selon la loi en vigueur. Rajoelina rejette sur toute la ligne le fait de prendre en otages l’avenir de nos jeunes. D’ailleurs, il a pris des mesures courageuses, exceptionnelles et légitimes pour « réparer » le mal. L’organisation d’une 2ème session du Bacc à l’intention de tous les recalés est juste et équitable.

Avertissement aux apprentis sorciers de la politique, méfiez-vous de la colère d’un Président !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff