Publié dans Editorial

Iarivo Mandroso aussi

Publié le lundi, 18 novembre 2019

Iarivo Mandroso grossit les rangs de ceux qui soutiennent Naina Andriantsitohaina. Après trente ans de « séjour en hibernation », l’association fondée par Guy Willy Razanamasy réapparait et occupe parmi tant d’autres le devant de la scène en cette période d’effervescence électorale. En 1989, à un moment où le pays se dirigea vers l’impasse pour s’engouffrer dans une conjoncture politique, sociale et économique incertaine, le pouvoir en place a fait appel à Guy Willy Razanamasy. Environ vingt ans après les irréversibles mouvements estudiantins de 72, le pays s’apprêta de nouveau à subir une nouvelle crise. Razanamasy de son statut d’opérateur économique, sans parti politique, inspirait la confiance.

 

Dans ce contexte fébrile chaud que l’association Iarivo Mandroso vit le jour. Guy Willy Razanamasy, alors président du Comité exécutif (Presicomex) d’Antananarivo-Renivohitra insuffla auprès de quelques jeunes intellectuels et experts, dans leur domaine respectif, l’idée de mettre sur pied un Collectif ou Association non politique (partisane) pour creuser les voies et moyens afin d’améliorer les conditions de vie et la qualité d’existence de la Ville des Mille. De cette vision est née Iarivo Mandroso. En quelque sorte, l’association tient le rôle de Cabinet d’étude informel que le Presicomex Razanamasy Guy Willy plus tard PM et Maire élu d’Antananarivo pouvait consulter ou même lui faire soumettre un Projet digne de foi pour le bien d’Antananarivo. Etant donné que Iarivo Mandroso dispose parmi ses membres d’éminents architectes urbanistes dont le président Mamy Rajaobelina, le premier d’ailleurs en 1989, on avait pu boucler un dossier relatif au Projet Grand Tanà. Le bref passage de Razanamasy à Antananarivo en tant que Presicomex et Maire élu et le temps limité qu’il disposait à Mahazoarivo, en tant que Premier ministre, ne lui permettait pas de concrétiser à terme le Projet. 2019, trente ans après, son fils aîné Ndriana Razanamasy tente, avec quelques membres fondateurs et de nouvelles recrues, de prendre la relève. Ndriana a l’ambition de replacer Iarivo Mandroso dans l’orbite en essayant de remettre sur table le vieux projet tout en lui donnant un nouveau souffle.

La décision des membres d’Iarivo Mandroso (version 2019) de soutenir le candidat n° 4 Naina Andriantsitohaina à l’élection du Maire de la Capitale, prévue pour le 27 novembre, s’inscrit dans la logique de la ligne de conduite de l’Association et cela depuis son origine en 1989 à savoir «améliorer les conditions d’existence d’Antananarivo ainsi que la qualité de vie de ses habitants de telle sorte que la Cité soit bonne à vivre ». Guy Willy Razanamasy, « l’aîné de l’Imerina », rêvait de voir un jour Tanà une ville où la concorde règne pour de bon et où il fait bon vivre. Cette vision du « père spirituel » d’Iarivo Mandroso a une forte chance de se réaliser avec Naina Andriantsitohaina au cas où il passe. Son statut d’opérateur économique conforte bien le choix de l’association en sa faveur. A noter que Guy Willy Razanamasy fut le tout premier opérateur économique à occuper le poste de Presicomex d’Antananarivo et à siéger au Palais de Mahazoarivo. A l’époque, Ratsiraka voyait en lui un homme intègre, compétent et sans coloration politique.

Certes, Naina est présenté par une plate-forme politique mais il n’a jamais été membre d’un quelconque parti politique. Un point positif que Iarivo Mandroso épouse sans hésitation.  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff