Publié dans Editorial

Oiseaux rares

Publié le mardi, 21 janvier 2020

« L’Etat malagasy recrute », tel est l’intitulé du communiqué officiel de presse émanant de la Présidence. L’Etat lance avec large diffusion un appel d’offres aux postes de hauts emplois. Un geste  révolutionnaire de la part des tenants du régime IEM qui entendent se démarquer des anciennes pratiques. La démarche vise à offrir les mêmes chances à tous les élites du pays. Un style de management de type anglo-saxon qui consiste à primer  l’excellence. Les principaux points des termes de référence de l’appel à candidature permettent à chacun de saisir l’esprit de la démarche et les objectifs à atteindre.

 

« Ensemble, rattrapons le retard de développement de Madagascar », tel est le cadre global qui justifie les tenants et aboutissants  de l’inédit appel d’offres d’emplois décrété par l’Etat. C’est un défi stratégique de haute importance qu’il faut à tout prix relever. L’usage du terme « ensemble » révèle que le Président Rajoelina affiche son intention de ratisser large auprès  des intellectuels sinon les experts du pays à se mobiliser pour offrir le meilleur d’eux-mêmes afin de « sauver » la Patrie. En effet, l’œuvre de développement du pays nécessite la participation et la collaboration de tous. L’heure n’est plus à la primauté de la considération de la  couleur politique ni sur des critères nébuleux basés sur le pouvoir des espèces sonnantes et trébuchantes. Le développement du pays ne se limite plus aux « initiés » qui gravitent autour, sur l’orbite du régime en place.

Le renforcement des compétences et des expertises des acteurs  en service au sein de l’Etat relève d’une priorité nationale absolue. La complexité et la difficulté sans cesse croissantes en termes d’exécution des tâches et la concrétisation en temps réel de l’IEM amènent obligatoirement l’Etat à revoir en qualité des bases de données entre les mains des grands décideurs.  

Mais, l’initiative combien louable de Rajoelina Andry et ses proches collaborateurs qui consiste, en fait, à faire monter en surface des perles noires ou blanches de qualité fines  n’exclut pas aux observateurs de se poser la question « Le recrutement touchera-t-il tous les domaines d’action de l’Etat  notamment ceux des secteurs de la souveraineté nationale comme l’administration territoriale, de l’administration financière ou fiscale ou autres, bref, qui sont  traditionnellement et normalement réservés ou dévoués aux sortants des Ecoles supérieures publiques du genre ENAM ou des instituts supérieurs du pays ? ». On se rappelle de l’époque où les administrateurs civils, les inspecteurs des impôts, entre autres, réclamèrent en raison de leurs compétences particulières la priorité des nominations au sein des Départements ministériels de l’Intérieur ou des Finances dans les postes de chefs de service, de directeurs, de directeurs généraux et secrétaires généraux. Il fut ainsi un temps où le syndicat des administrateurs civils réclamait tous les postes de secrétaires généraux dans tous les ministères. De même, au sein de l’éducation, les inspecteurs de l’enseignement primaire jugèrent que tous les postes de responsabilité (Direction régionale, centrale) leur reviennent de droit. En grande partie, les vœux ont été exaucés. Et nous savons tous les résultats ! Raison pour laquelle le Président Rajoelina a pris une telle décision. Le défi est colossal mais il va falloir le relever.

L’opinion nationale félicite l’initiative et souhaite qu’elle soit couronnée de succès.  Et que des oiseaux rares surgissent.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff