Publié dans Politique

Confinement partiel - Stop ou encore ?

Publié le vendredi, 03 avril 2020

Il y a deux semaines, le Chef de l'Etat Andry Rajoelina avait annoncé l'état d'urgence sanitaire et le confinement partiel pour Analamanga et Toamasina durant 15 jours au moins à compter du 23 mars à midi, justifiée par la "guerre" engagée contre la pandémie du coronavirus. Ces quinze jours arrivent à terme ce week-end. La question que se posent les citoyens malagasy est de savoir qu'en sera-t-il après ? Et ce d'autant que le Président de la République avait par ailleurs déjà indiqué qu'un bilan de l'évolution de la pandémie sera effectué ce jour.

 

Hier, durant son allocution télévisée, Andry Rajoelina a apporté plus de précisions. Le Président de la République a notamment indiqué qu'il va s'adresser à la Nation ce dimanche concernant les mesures à prendre concernant la pandémie. Il affirme que la décision sera prise de manière collégiale. Mais avant, il compte se réunir avec tous les chefs d'institution du pays, les chefs religieux, les élus, les différents responsables. La décision qu'il va prendre s'appuiera également sur les recommandations des professeurs en médecine. Un Conseil des ministres devra également avoir lieu dans la journée, précise le Chef de l'Etat.

Le confinement partiel sera-t-il prolongé, va-t-il durcir, ou est-ce que d'autres mesures plus souples seront-elles prises ? Rien n'est moins sûr. Les propos du Président ne laissent que très peu d'indices sur la décision qui sera prise. Il prévient juste que « La décision ne sera pas facile ». Le Chef de l'Etat  indique que si Madagascar est fort économiquement, un confinement serait le plus logique. Mais dans la suite, il évoque également les doléances d'une partie de la population malagasy qui est obligée de travailler quotidiennement pour trouver à manger.

La décision dit-il, dépendra des critères économiques et sociaux. Précisant dans la foulée que la priorité est le critère sanitaire. En outre, le Président de la République s'est réjoui que les mesures prises par l'Exécutif ont permis d'endiguer relativement la propagation du virus qui a infecté 70 personnes. Il s'est aussi félicité de ce que la maladie n'a pas fait de décès jusqu'ici. Toutefois, il a rappelé dans ses propos que l'épidémie a atteint toutes les provinces de Madagascar, à l'exception de Mahajanga.

En tout cas, durant son allocution d'hier, le Président de la République a édicté l'extension de la mesure de confinement partiel pour Fianarantsoa. Et la décision de confinement est entrée en vigueur hier. En cause, le recensement de plusieurs  cas de contamination locale au coronavirus dans cette ancienne province. Hier, sur les 11 nouveaux cas confirmés par l'Institut pasteur de Madagascar, 6 se trouvaient à Fianarantsoa. A ce sujet d'ailleurs, une équipe composée notamment de représentants de l'Organisation mondiale de la santé se rendra à Fianarantsoa dès ce jour, pour effectuer un traçage de toutes les personnes ayant été en contact avec les cas confirmés de Covid-19.

La Rédaction

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff