Publié dans Politique

Scandale dans la recherche du vaccin contre le Covid-19 - L’Afrique comme cobaye, selon deux officiels français !

Publié le vendredi, 03 avril 2020

Le Pr Jean-Paul Mira, chef de service réanimation à Hôpital Cochin (Paris 14è) d’un côté et le Pr Camille Locht, directeur de recherche à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale, établissement public français) de l’autre. C’est sans le moindre scrupule que ces deux hauts fonctionnaires français ont suggéré sur le plateau de LCI, le 31 mars dernier, de faire de l’Afrique un laboratoire d’expérimentation pour un candidat-vaccin contre le Covid-19.

 

« Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude (sur le vaccin contre le Covid-19, ndlr) en Afrique où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines études dans le Sida où chez les prostituées l’on essaie des choses parce que l’on sait qu’elles sont hautement exposées et elles ne se protègent pas. Qu’est-ce que vous en pensez ? », a demandé avec un sourire ironique  le Professeur Jean-Paul Mira à son confrère Camille Locht. Et ce dernier de répondre le plus sérieusement du monde : « Alors vous avez raison, et d’ailleurs on est en train de réfléchir en parallèle à une étude, en Afrique justement, pour faire ce même type d’approche avec le BCG et un placebo. Je pense qu’il y a un appel d’offres qui est sorti ou va sortir…». (Vidéo sur https://www.youtube.com/watch?v=GaL0C9_FYHk)

Voilà qui lève tout doute sur la rumeur de plus en plus persistante qui circule ces derniers temps selon laquelle certaines grandes puissances veulent introduire en Afrique des vaccins présentés être contre le Covid-19 mais dont la finalité reste floue. Si certains avancent que c’est pour se servir des Africains comme cobayes et éviter d’expérimenter lesdits vaccins sur les occidentaux avec les risques  que cela suppose, d’autres soutiennent carrément qu’il s’agit ni plus ni moins de poisons destinés à décimer la population du Continent noir. Le choix de l’Afrique, encore peu contaminée par rapport aux autres continents, est déjà douteux. Si le but est d’avoir un échantillonnage représentatif de malades, au jour d’aujourd’hui, c’est dans les pays occidentaux (Etats-Unis, Italie, Espagne, France,…) qu’il faut le chercher.

Dans tous les cas, l’on sait donc maintenant que les prostituées ont servi de banc d’essai pour des candidats-vaccins contre le VIH/Sida. Et c’est dans le même ordre d’idées que la France, par le biais de l’INSERM, est en train de chercher un ou des pays africain(s) hôte(s) pour expérimenter sur sa (leur) population le BCG comme vaccin contre le Covid-19.  En effet, c’est cyniquement que le Pr Camille Locht, directeur de recherche au sein de cet établissement public français, a révélé l’existence d’un « appel d’offres » en ce sens. Appel d’offres lancé en direction de dirigeants africains ?

La Rédaction

 

 

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff