Publié dans Politique

Trafics douaniers - Mbola Rajaonah devant le Pôle anti-corruption la semaine prochaine

Publié le jeudi, 17 janvier 2019

A bon port. Actuellement en instruction, le dossier Mbola Rajaonah prendra dans peu de temps un nouveau virage. Les enquêtes du bureau indépendant anticorruption dans le cadre des dossiers concernant l’opérateur économique Mbola Rajaonah seront bientôt bouclées et l’affaire devra être transférée au Pôle anti-corruption « à la fin de la semainesoit en début de semaine prochaine » affirme en effet le directeur général de l’organe d’Ambohibao, Jean Louis Andriamifidy. L’information a été livrée hier en marge d’un atelier au Development learning center (Dlc). Une affaire dont on attend l’issue depuis plusieurs semaines puisqu’il devait déjà être transféré au Pole anti-corruption à la mi-décembre. Depuis la mi-décembre pourtant, ce fut le silence le plus complet. Le dernier rebondissement en date dans cette affaire concerne une nouvelle audition que le concerné devait passer au niveau du BIANCO après plusieurs convocations restées sans suite.

A l’époque les dernières  informations laissaient entendre un déferrement imminent au niveau du Pôle anti-corruption. L’opinion s’était étonnée du silence assourdissant du BIANCO qui est pourtant particulièrement prompt à communiquer pour ce genre d’affaire. Les vacances judiciaires seraient la raison principale du retard dans le bouclage et le transfert du dossier au niveau du PAC, affirme le Dg du Bianco. Les limiers du BIANCO tentent également d’obtenir les dernières précisions et d’autres informations additionnelles.  Ainsi, l’organe en charge de la lutte contre la corruption s'est donné quelques jours supplémentaires, après la rentrée judiciaire, avant de transférer le dossier auprès du PAC, a indiqué hier Jean Louis Andriamifidy. Ce magistrat tient ainsi à balayer toute arrière-pensée politique dans le « retard » pris dans le transfert du dossier au Pôle anti-corruption. Il réitère que le BIANCO travaille en toute indépendance et traite tous les dossiers en toute objectivité et impartialité sans aucune autre considération et continuera de le faire pour l’intérêt de la nation. Lui de souligner également que beaucoup d’autres affaires, à l’instar de celle concernant une autre conseillère spéciale de l’ancien Chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy, sont ou seront transmis au PAC. L’affaire Mbola Rajaonah a éclaté au grand jour le 13 novembre, lorsque l’acte décrétant l’Interdiction de sortie du territoire (IST) signé du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fuite. Mbola Rajaonah avait été auditionné à plusieurs reprises par le BIANCO dans le courant du dernier mois de l’an dernier. Son domicile à Ambohimahitsy ainsi que l’un de ses bureaux à Antsahabe ont été perquisitionnés. Dans ce dernier endroit, un coffre avait été scellé. Mbola Rajaonah serait soupçonné dans le cadre d’une affaire de faits de corruption et assimilés. Des accusations qui n'étonnent pas dans la mesure où de nombreuses histoires de fraudes douanières à grande échelle circulaient autour de cet opérateur économique qui faisait partie du cercle très restreint des conseillers de l'ex - Président, Hery Rajaonarimampianina. En tout cas, malgré des félicitations à l’allure de demande de pardon adressées à Andry Rajoelina, dans le but de se « mettre sous un nouveau bouclier étatique pour, à tout le moins, protéger son empire et éviter d’être poursuivi pour ses magouilles passées, et pourquoi pas, continuer à les perpétrer » comme nous affirmions dans une précédente édition, Mbola Rajaonah semble être bien loin d’être sorti de l’auberge.

L.R.

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff