Publié dans Politique

Ampefiloha Ampatsakana - Un carrefour infernal

Publié le jeudi, 17 janvier 2019

La Mairie d’Antananarivo se réunit actuellement avec les professionnels du transport public afin de se pencher sur les problèmes de la circulation dans le Capitale. Effectivement, il faut dire qu’il y a beaucoup à dire sur ce sujet. A côté de l’insuffisance et de l’inadaptation des infrastructures par rapport au nombre toujours croissant des véhicules en circulation, il y a également les problèmes créés par les décisions bizarres de nos chers ingénieurs, lesquels semblent se contenter de rester sur leur bureau, sans prendre la peine de voir de visu sur le terrain les conséquences néfastes de leurs initiatives malheureuses.

 

Parmi tant d’autres,  citons l’exemple des emplacements des arrêts des «  taxis-be ». Avez-vous remarqué en effet que, presque systématiquement, lesdits arrêts  sont placés juste avant ou juste après un carrefour ou un croisement ? Or, ceux-ci, par nature, sont déjà sources de ralentissement de la circulation, voire de bouchon. Les encombrer davantage avec des « taxis-be » à l’arrêt est tout simplement aberrant. Car c’est toute une file de ces véhicules qui attendent leurs passagers (c’est souvent le cas vu leur surnombre) d’où le bloquage des axes sécants. Le cas qui illustre le mieux cette situation absurde est sans doute celui du carrefour Ampefiloha-Ampatsakana. L’endroit est en effet littéralement encadré de toutes parts par ces arrêts de bus inopportuns (on en compte quatre, tous situés juste avant et juste après les intersections). Et si on ajoute à cette incongruité  les réparateurs de scooters qui squattent une partie du trottoir et de la chaussée, la circulation est tout simplement infernale pour les pauvres piétons, lesquels n’ont plus  d’autres choix que de se faufiler entre les voitures qui, de surcroît,  impatience et exaspération de leurs conducteurs étant, avancent pratiquement pare-choc contre pare-choc.  A signaler pourtant que, en raison de l’existence de plusieurs établissements d’enseignement aux alentours, aux heures de pointe, ce passage est fréquenté par des centaines d’écoliers dont certains, notamment ceux de l’école primaire publique juste à côté, ne sont pas accompagnés. L’image récente du jeune collégien fauché sur le chemin de l’école hante encore l’esprit.

Cet exemple très significatif est l’illustration de situations incongrues créées par de simples décisions inappropriées. C’est pour dire que l’on peut parfaitement y remédier sans requérir d’énormes moyens financiers. D’autant plus que, dans certains cas, le dégagement ou l’arrêt était initialement prévu être placé quelques mètres plus loin (cas de ce carrefour d’Ampefiloha, justement) mais, étrangement, les responsables ont choisi de l’ignorer.

 La Rédaction 

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff