Publié dans Politique

Protection des zébus - Les puces électroniques opérationnelles

Publié le jeudi, 16 mai 2019

Mettre des puces électroniques de géolocalisation dans les zébus pour les protéger contre le vol. Cette promesse de campagne du candidat Andry Rajoelina avait suscité les moqueries  et les railleries de ses détracteurs. Ce « velirano » du Chef de l'Etat se concrétise. La mise en place des puces de géolocalisation de bovidés a été lancée officiellement hier. Et ce, afin de garantir la paix et la sécurité qui sont les priorités absolues pour l'État. Ce système électronique permettra d'authentifier et de suivre à la trace via la combinaison des technologies RFID et GPS, le déplacement des zébus.  

Le lancement officiel dans la Commune urbaine de Tsiroanomandidy dans la Région Bongolava une Région importante en matière d'élevage de bovins, mais classée comme zone rouge en matière de vols de bœufs. La cérémonie a vu la présence du Président de la République Andry Rajoelina. Pour l'occasion, 50 bovidés ont été munis de puces de géolocalisation. D'après les précisions, 10.000 puces

de géolocalisation seront implantées d'ici la fin de l'année à travers Madagascar. Genius Technologie, une entreprise créée par de jeunes ingénieurs malagasy est le fournisseur de ce dispositif. D'après Rasolofoherimandimby Leonorard, jeune président directeur général de cette start-up, ces puces de géolocalisation qui ne présentent aucun danger ni pour l'animal vivant ni pour la viande consommable.

La mise en place de ces dispositifs de géolocalisation de bovidés est à ajouter aux différentes initiatives de l'État pour garantir la paix et la sécurité.  Dès sa prise de pouvoir, l'actuel Chef de l'Etat avait décidé lors du premier Conseil des ministres de suspendre l'exportation de bovidés.  Ajouter à cela la mise en place des zones rurales de sécurité prioritaires qui ont déjà obtenu des résultats positifs dans la lutte contre le vol de bovidés et l'insécurité.  En outre, les projets d'amélioration de la race bovine malagasy sont déjà en cours grâce aux sélections génétiques et au procédé d'insémination artificielle. A Tsiroanomandidy, le Président a également annoncé la dotation pour

la Commune locale d'un camion-benne pour participer à l'assainissement de la ville,  le déblocage sous peu des subventions pour toutes les Communes et la dotation d'un abattoir dans cette ville. Il a également annoncé qu'un Bataillon Interarmes sera mis en place dans la région Bongolava ainsi qu'un des hélicoptères prévus arriver d'ici la célébration de la fête de l'indépendance.

La rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff