Publié dans Politique

Grands travaux pour l'Emergence de Madagascar - Tous les feux sont au vert !

Publié le jeudi, 16 mai 2019

La bonne nouvelle est tombée tard dans la nuit de mercredi. Après presqu'une semaine d'âpres discussions et des heures de dissuasion, le Conseil des ministres a validé la loi de finances rectificative (LFR) de l'année en cours.  Attendue depuis des mois, la LFR prend en compte les promesses présidentielles et lui donne les moyens pour la réalisation. Désormais inscrits dans la LFR, les grands travaux annoncés pour l'émergence peuvent démarrer dans les règles de l'art et ce en diapason avec la politique générale de l'Etat (PGE), inspirée de l'initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM).

Comme l'a répété maintes fois le Président Andry Rajoelina, les dépenses  inscrites dans la LFR et les travaux à réaliser devront être palpables par la population et auront un impact dans sa vie quotidienne.  Le Conseil des ministres a détaillé ces grands projets annoncés et susceptibles de booster le développement de Madagascar et de sa population.  Pour les infrastructures routières, citons  entre autres  la réhabilitation des routes nationales 44 ( Moramanga- Ambatondrazaka), 5A ( Ambilobe- Vohémar- Sambava-Antalaha), 5 (Toamasina- Fénerive Est- Maroantsetra), 9 ( Toliara- Bevoay- Morondava), 13 (Ihosy -Taolagnaro) ainsi que les Fly-over à Antananarivo.

Dans le domaine de l'éducation,  citons la mise en place de quatre nouvelles universités,  la construction de 800 salles de classe, l'équipement de 16.000 tables-bancs d'établissements scolaires et  la dotation de kits scolaires et livres d'enseignement à 1 million d'élèves. Le financement du début des travaux de la nouvelle ville dénommée « Tanamasoandro » est inscrit dans la LFR tout comme la construction de logements sociaux, de 13 nouveaux hôpitaux et la réhabilitation des centres médicaux.

D'autres volets importants à l'instar de l'agriculture (aménagement des rizières de 50.000ha pour une production de 8t /ha, mise en place d'un abattoir dans chaque chef-lieu de province), d'entretien routier (dotation des engins aux 23 régions), figurent également en bonne place dans la LFR qui sera envoyée pour contrôle de constitutionnalité à la Haute Cour constitutionnelle. Avec l'adoption de la LFR, la bénédiction des bailleurs de fonds et la mise sur les rails de la politique générale de l'Etat, les détracteurs devront maintenant retourner mille fois leur langue avant d'émettre la moindre critique.

La rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff