Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Grands travaux pour l'Emergence de Madagascar - Tous les feux sont au vert !

Publié le jeudi, 16 mai 2019

La bonne nouvelle est tombée tard dans la nuit de mercredi. Après presqu'une semaine d'âpres discussions et des heures de dissuasion, le Conseil des ministres a validé la loi de finances rectificative (LFR) de l'année en cours.  Attendue depuis des mois, la LFR prend en compte les promesses présidentielles et lui donne les moyens pour la réalisation. Désormais inscrits dans la LFR, les grands travaux annoncés pour l'émergence peuvent démarrer dans les règles de l'art et ce en diapason avec la politique générale de l'Etat (PGE), inspirée de l'initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM).

Comme l'a répété maintes fois le Président Andry Rajoelina, les dépenses  inscrites dans la LFR et les travaux à réaliser devront être palpables par la population et auront un impact dans sa vie quotidienne.  Le Conseil des ministres a détaillé ces grands projets annoncés et susceptibles de booster le développement de Madagascar et de sa population.  Pour les infrastructures routières, citons  entre autres  la réhabilitation des routes nationales 44 ( Moramanga- Ambatondrazaka), 5A ( Ambilobe- Vohémar- Sambava-Antalaha), 5 (Toamasina- Fénerive Est- Maroantsetra), 9 ( Toliara- Bevoay- Morondava), 13 (Ihosy -Taolagnaro) ainsi que les Fly-over à Antananarivo.

Dans le domaine de l'éducation,  citons la mise en place de quatre nouvelles universités,  la construction de 800 salles de classe, l'équipement de 16.000 tables-bancs d'établissements scolaires et  la dotation de kits scolaires et livres d'enseignement à 1 million d'élèves. Le financement du début des travaux de la nouvelle ville dénommée « Tanamasoandro » est inscrit dans la LFR tout comme la construction de logements sociaux, de 13 nouveaux hôpitaux et la réhabilitation des centres médicaux.

D'autres volets importants à l'instar de l'agriculture (aménagement des rizières de 50.000ha pour une production de 8t /ha, mise en place d'un abattoir dans chaque chef-lieu de province), d'entretien routier (dotation des engins aux 23 régions), figurent également en bonne place dans la LFR qui sera envoyée pour contrôle de constitutionnalité à la Haute Cour constitutionnelle. Avec l'adoption de la LFR, la bénédiction des bailleurs de fonds et la mise sur les rails de la politique générale de l'Etat, les détracteurs devront maintenant retourner mille fois leur langue avant d'émettre la moindre critique.

La rédaction

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff