Publié dans Politique

Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays

Publié le mercredi, 17 juillet 2019

Il fait partie des proches de première heure de Hery Rajaonarimampianina mais aussi parmi les premiers à prendre la poudre d'escampette lorsqu'il est apparu que le navire HVM commençait à prendre l'eau de toutes parts. Preuve que son départ du pays s'est fait d'une manière précipitée, Henri Rabary-Njaka, puisqu'il s'agit de lui, a laissé des impayés derrière lui.

 

Tant que le régime HVM était au pouvoir, les créanciers de cette personnalité aux multiples casquettes durant l'ère Rajaonarimampianina n'avaient absolument aucune crainte à se faire. Ils savaient en effet que l'homme n'aurait aucune difficulté à s'acquitter de ses dettes même si celles-ci prenaient des proportions importantes. Car nul n'ignorait qu'à l'époque, Henri Rabary-Njaka, quel que soit le poste qui lui est attribué, figurait parmi le premier cercle du pouvoir et de ce fait, comme tous les barons du HVM, son portefeuille était pratiquement intarissable. Ceux avec qui l'ancien ministre passe-partout avait affaire lui ont donc fait progressivement confiance et honoraient ses commandes même si les précédentes n'ont pas encore été apurées. Et c'est ainsi que les arriérés s'accumulèrent au fil du temps. Le départ en catastrophe de Henri Rabary-Njaka ne peut donc qu'avoir surpris ses créanciers, lesquels se retrouvent avec une ardoise, plus ou moins salée selon le cas, mais désormais impossible à éponger.

Selon les informations, c'était le 14 février de cette année que le secrétaire général du HVM a quitté le pays à bord d'un vol régulier à destination de Paris. L'avocat avait pris de vitesse le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) qui, une semaine plus tard, c'est-à-dire le 21 février 2019, a fait une descente à son domicile pour lui signifier une convocation. Bien qu'aucune information officielle n'ait révélé le motif de cette convocation, beaucoup subodorent qu'elle a trait à des affaires de corruption au niveau d'Air Madagascar et de Kraoma, deux sociétés nationales dans lesquelles Henri Rabary-Njaka avait, à un moment donné, son emprise. Le départ précipité du premier directeur de cabinet de Hery Rajaonarimampianina prouve bien qu'il n'avait pas la conscience tranquille, pour ne pas dire qu'il avait quelque chose à se reprocher.

Quoi qu'il en soit, il semblerait bien que ceux qui ont des dettes à réclamer à Henri Rabary-Njaka doivent se résoudre à faire une croix

sur leurs créances. Sachant pertinemment qu'il a une affaire pendante auprès du BIANCO, il est très peu probable que cet avocat inscrit au barreau de Paris envisage de revenir au pays de sitôt. Ayant par ailleurs la nationalité française, il est pratiquement impossible d'obtenir son extradition.

La Rédaction

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff