Publié dans Politique

Formation du Gouvernement - Pressions inutiles sur le PM

Publié le lundi, 22 juillet 2019

Des rumeurs ont circulé que le Gouvernement dirigé par le Premier ministre Ntsay Christian allait être présenté hier. L’accouchement n’a cependant pas eu lieu. Depuis sa nomination en fin de semaine dernière, le chef du Gouvernement cheminerait à Mahazoarivo. Il aurait reçu bon nombre de personnalités issues de différentes entités politiques. Comme à chaque formation de Gouvernement, des pressions pointent le bout de leur nez. Pour la formation de son troisième gouvernement, Christian Ntsay n’échappe pas à la règle. Actuellement, le numéro Un de Mahazoarivo fait l’objet de multiples pressions, surtout politique. Des ministres démissionnaires craignent de ne pas être reconduits à leurs postes, d’autres personnalités qui souhaitent intégrer ou réintégrer le Gouvernement manœuvreraient en coulisses pour atteindre leurs objectifs. Des députés ou des associations seraient ainsi manipulés par ces politiciens pour atteindre leurs objectifs. C’est ainsi que depuis la semaine dernière, des députés ont posé leurs conditions. Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, durant un discours, avait été claire pour réclamer l’intégration de députés au sein de l’équipe gouvernementale. En fin de semaine dernière, des parlementaires de la Chambre basse issus de l’IRD et des élus sous l’étiquette d’indépendant qui estiment qu’ils doivent être représentés au sein de la future équipe gouvernementale.

Des organisations estiment également avoir leur mot à dire. Des associations régionales qui estiment que le Gouvernement devrait intégrer des  natifs d’une partie précise de l’île. Pour certains analystes politiques, le tandem Andry Rajoelina - Ntsay Christian devrait être laissé libre de composer une équipe gouvernementale à même de mettre en œuvre les grands chantiers entrant dans les engagements du Président de la République. Au-delà de l’aspect purement politique, les critères de technicité et de compétence devraient primer, selon les observateurs. Du moment que les ministres soient malagasy, les critères régionaux ne devraient pas rentrer en ligne de compte. D’ailleurs, que se passerait-il si toutes les associations régionales devaient réclamer elles aussi des postes au sein du Gouvernement qui ne compte que 22 postes ?
La Rédaction

Fil infos

  • Les rues de la Capitale - Tout est à refaire
  • Libération « LEVA », fuite de Raoul Rabekoto Arizaka - Ô corruption, suspends ton… envol !
  • Parlement - Session extraordinaire à partir du 4 mars 2020
  • Rapport public du Tribunal financier d’Antananarivo - Un comptable de la CUA débiteur de 39 millions d’ariary
  • Cavale rocambolesque - Raoul Rabekoto Arizaka en fuite à l'étranger
  • Développement à grande vitesse - La mentalité encore à la traîne !
  • HVM - De mauvais élèves donneurs de leçons
  • Restitution des îles éparses - La position de Madagascar reste inchangée
  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff