Publié dans Politique

Traque des malversations du HVM - Entre impunité et chasse aux sorcières

Publié le mardi, 23 juillet 2019

Comme tout diplomate sur le départ, l'ancien ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini, s'est permis quelques libertés en lançant des piques à l'endroit du pouvoir en place, lors de sa dernière sortie médiatique sur le sol malagasy. C'est ainsi que, dans l'allocution qu'elle a prononcée lors de la célébration du 14 juillet 2019, l'ex-locataire de la Résidence d'Ivandry a interpellé les autorités malagasy pour que « la Justice remplisse son rôle, cesse de léser, de déposséder, d'interdire de sortir du territoire sans base juridique valable, de couvrir des règlements de compte ».

 

Bien que l'ex-chef de mission de l'Hexagone ne l'ait pas dit expressément, beaucoup auront deviné qu'elle faisait allusion aux cas de barons de l'ancien régime dont certains ont vu leurs biens saisis provisoirement, d'autres frappés d'IST (Interdiction de sortie du territoire), tandis que certains autres ont été placés en détention préventive. Ce sont ces poursuites judiciaires engagées pour des suspicions de détournements et de trafics en tous genres qui sont donc considérées par l'ancienne patronne d'Ambatomena comme des « règlements de compte ».

Doit-on pourtant de rappeler que c'est que la Communauté internationale  elle-même -  à laquelle fait partie la France  -  qui dénonce  la culture de l'impunité qui fait que les malfaiteurs en puissance bénéficient d'une sorte d'amnistie de fait pour des actes répréhensibles perpétrés lorsqu'ils étaient au pouvoir. L'effet pervers, c'est que, au vu de cette impunité, certains nouveaux responsables seront aussi tentés de verser à leur tour dans des malversations, escomptant bénéficier également de l'amnésie une fois qu'ils quittent leur poste.

La question qui se pose est de savoir quand est-ce que la traque d'anciennes personnalités malhonnêtes peut être considérée comme une lutte contre l'impunité et quand est-ce qu'elle est vue comme une chasse aux sorcières ? Dans l'un ou l'autre cas, il s'agit de poursuites engagées par de nouveaux dirigeants contre certains de leurs prédécesseurs et forcément, elles prennent l'allure de règlements de compte. L'indélicatesse de Véronique Vouland-Aneini, c'est d'avoir préjugé d'une Justice malagasy manipulée, d'autant plus qu'elle fait allusion à des affaires encore pendantes au Tribunal.

Saisies conservatoires, IST, placement en détention préventive,… Il s'agit de procédures judiciaires (qui existent aussi en France) qui obéissent à des règles bien définies, lesquelles, on le présume, ont été respectées. Quel que soit le terme utilisé, si celui qui est chassé a tout d'un sorcier, les autorités auraient-elles tort de le poursuivre pour le remettre à la Justice? C'est à cette dernière de trancher.

La Rédaction

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff