Publié dans Politique

Télécommunications - Un Malagasy sur deux dispose d’un téléphone portable

Publié le dimanche, 04 août 2019

Le téléphone portable ou mobile a débarqué à Madagascar vers le début des années 90. TELECEL est alors le tout premier opérateur en téléphonie mobile à s’installer dans la Grande-île. Certaines grandes villes, telles qu’Antananarivo, Antsirabe, Nosy Be ou encore Sainte Marie  faisaient partie de villes couvertes avant des extensions à Toamasina et  Mahajanga. Ressemblant à l’époque à des briques beiges d’un kilogramme, le téléphone portable avait une faible capacité de couverture. Le téléphone est alors réservé à certains privilégiés. Quelques années plus tard, MADACOM et ANTARIS faisaient leur entrée sur le marché malagasy. Au cours des années 2000, les modèles de portable commencent à s’affiner. Le nombre d’utilisateurs commence à augmenter. Le boom de l’utilisation de la téléphonie mobile semble toutefois coïncider avec l’entrée de l’opérateur téléphonique TELMA. Le téléphone portable prend une place de plus en plus importante dans la vie des Malagasy. Les ventes de téléphone ont connu une croissance continue ces dernières années. Un essor qui se renforce avec l’arrivée des smartphones sur le marché. L’accessibilité des prix enregistrés ces dernières années, notamment avec la concurrence des marques asiatiques qui se positionnent avec des gammes de produits tout aussi compétitifs, renforce ce décollage des téléphones portables. 

30 ans après l’arrivée des premiers téléphones mobiles sur son sol, Madagascar compterait, selon les chiffres, plus de 10 millions d’abonnés, que se partagent 4 grands opérateurs téléphoniques. Le taux de pénétration avoisine les 70%. Près d’un Malagasy sur deux auraient donc un téléphone. Un chiffre relatif étant entendu qu’une personne peut disposer de deux à trois puces SIM.  Désormais toutes les catégories d’âge, de 8 à 80 ans et toutes les catégories sociales confondues, du simple paysan aux dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise, peuvent avoir un téléphone. La pullulation des « taxiphones » prouve également l’importance du téléphone portable à Madagascar. Ces  chiffres devraient grossir encore et encore. La diversification des activités possibles sur un téléphone portable favorisera l’emploi des téléphones portables. Outre son utilisation première de communiquer partout dans le pays grâce aux opérateurs, le téléphone portable est devenu un outil de navigation sur internet. Par ailleurs, le mobile appuie, voire remplace, le système bancaire encore peu développé dans le pays, notamment dans les zones les plus reculées, avec le système de mobile banking. Dans d’autres secteurs, des applications ont notamment vu le jour et contribuent à l’amélioration
des conditions de vie des abonnés.
La rédaction

Fil infos

  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  

Editorial

  • Uni pour une cause
    Madagasikara resserre les rangs pour une cause plus que vitale. Le Chef de l’Etat, Rajoelina Andry Nirina, lors de la dernière intervention dans le cadre d’une « émission spéciale » sous forme d’une interview, appelle à l’unité sans faille de tous les Malagasy. Madagasikara affronte, au même moment, trois défis majeurs au terme desquels tous les Malagasy n’ont point pas le droit de rater. L’état d’urgence sanitaire national, la « récupération » des Iles malagasy (Iles Eparses) et la restauration suivie des travaux de construction du « Kianja Masoandro ».  

A bout portant

AutoDiff