Publié dans Politique

Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

Publié le mardi, 20 août 2019

Ce fut d’un ton ferme et rigoureux que le Premier ministre Christian Ntsay a répondu aux propos des sénateurs à l’occasion du face-à-face entre le Gouvernement et les membres de la Chambre haute, hier au Palais d’Anosikely. Plusieurs parlementaires se sont, en effet, plaints de la réduction du budget au niveau du Sénat à la suite de la révision de la loi de Finances 2019. Ces derniers sont même allés jusqu’à avancer des raisons politiques pour expliquer cette nouvelle disposition budgétaire. L’hémicycle d’Anosikely étant majoritairement composé de dignitaires HVM et certains parlementaires affirment que la Chambre haute serait donc victime du changement de régime. « Il serait peut être judicieux pour les membres du bureau de laisser la place aux partisans du régime », a suggéré un sénateur.

 

Pour mettre fin à ces polémiques, le chef du Gouvernement a tenu à mettre les points sur les « i » et a même haussé le ton. D’emblée, il a rappelé la politique d’austérité appliquée par le régime en ce moment. « Je tiens à rappeler que le Sénat n’est pas la seule institution qui a subi une diminution de budget. Tous les ministères et les institutions de l’Etat incluant la Primature sont concernés », a expliqué le numéro deux de l’Exécutif. A entendre toujours ses explications, le paiement des salaires des fonctionnaires travaillant dans ces institutions n’est pas touché par cette modification budgétaire mais uniquement les dépenses liées au fonctionnement. Un aspect qui est souvent utilisé pour couvrir les magouilles et autres formes de détournement de fonds dans les ministères.

Rupture avec les mauvaises habitudes

A titre d’exemple, le locataire de Mahazoarivo a évoqué les montants faramineux affectés dans des travaux de réhabilitation d’infrastructures sur le papier mais dont les résultats ne sont pourtant pas perceptibles dans la réalité. Le Premier ministre a cité la somme de deux milliards d’ariary destinée à la réhabilitation et l’équipement d’un hôpital à Besalampy. « Au cours d’une descente que j’ai effectuée dans ce District, il n’y avait nullement de travaux réalisés », a – t  – déploré. Il fait le même constat pour les autres infrastructures comme les axes routiers dans plusieurs parties du pays qui sont dans de piteux état malgré les budgets alloués dans ce sens. Le patron de la Primature a ainsi souligné l’importance de rompre avec les mauvaises habitudes du passé et d’adopter une nouvelle méthode de gouvernance afin de concrétiser les projets de développement du pays.

Ainsi, concernant les fonds issus de la réduction de budget des institutions, Christian Ntsay affirme qu’ils seront utilisés pour réaliser les projets contenus dans le politique générale de l’Etat (PGE). D’ailleurs, les dépenses dans ce sens sont déjà inscrites dans la loi de Finances rectificative 2019 comme la construction de nouvelles universités, d’écoles ou de routes entre autres. Des projets dont les grands chantiers devront débuter très bientôt.

Sandra R.

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff