Publié dans Politique

Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser

Publié le vendredi, 23 août 2019

Cela fait bientôt une semaine que le Chef de l'Etat en exercice, Andry Nirina Rajoelina, a fait l'objet d'une agression particulièrement virulente et totalement débridée sur internet, de la part du nommé Fleury Rakotomalala, un candidat contrarié à l'élection présidentielle de 2013. Malgré cette attaque en règle contre la plus haute Institution de la République, aucune réaction des autorités en place n'a été observée jusqu'ici. L'opinion publique commence sérieusement à se poser des questions sur cette attitude pour le moins permissive, comme le témoignent les titres de la presse de ces derniers jours.

 

Il faut savoir en effet que les accusations proférées par le personnage en question sont d'une extrême gravité. Se basant sur ses interprétations personnelles des faits -  lesquelles ne sont en réalité que des suppositions rocambolesques - l'homme insinue que l'actuel Président de la République de Madagascar serait l'instigateur du massacre du 7 février 2009, une tuerie dont le procès s'est pourtant déjà tenu et dont on en connaît le verdict. De même, donnant libre cours à ses masturbations intellectuelles, cet exilé volontaire fait croire en des termes à peine voilés que Andry Rajoelina serait derrière les disparitions subites et autres accidents de santé dont certaines personnalités ont été victimes depuis 2009 jusqu'ici. A croire ses sous-entendus, les décès des célébrités civiles ou militaires qui ne sont pas morts de vieillesse ces dix dernières années   -  de Mamy Rakotoarivelo à Jaona Randriarimalala, alias Jaona Elite, en passant par le général Noël Rakotonandrasana, pour ne citer que ceux-là   -  auraient été commandités par le leader de la Révolution Orange.

Il faut savoir que Fleury Rakotomalala n'en est pas à ses premières sorties du même acabit sur Facebook. Cependant, force est de constater que, dans la vidéo qu'il a publiée sur cette plateforme dimanche dernier, cet homme d'affaires à la réputation controversée s'est totalement affranchi de toute retenue, allant jusqu'à mouiller son pays d'accueil et d'adoption qu'est la France. Car outre ses diatribes contre Andry Rajoelina, il n'hésite pas à se prévaloir d'une prétendue protection qui le mettrait à l'abri de toute poursuite tant qu'il est sur le sol français. Et il en arrive même à déclarer être en mesure d'octroyer cette « impunité »  (sic) à des tiers qui pourraient lui en faire la demande.

Pour en revenir à l'attitude du Gouvernement malagasy, d'aucuns s'interrogent sur ce que pourraient être les raisons de son immobilisme. Beaucoup se demandent en effet, quel autre affront doit-on encore attendre de la part de ce personnage avant d'agir alors qu'il est déjà en train de marcher sur la tête du premier personnage de l'Etat. Par leur abstention, les autorités compétentes (Service de la Présidence, Primature, Police, Gendarmerie) sont en train d'écorner sérieusement leur crédibilité.

La Rédaction

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff