Publié dans Politique

Changement climatique - Madagascar parmi les plus vulnérables

Publié le vendredi, 20 septembre 2019

Bouleversement des saisons, augmentation des températures. Le changement climatique apparaît sous plusieurs visages. D’ailleurs, Madagascar demeure encore parmi les pays les plus vulnérables en la matière. Sur le plan mondial, l’Accord de Paris adopté en 2015 représente une étape charnière dans la lutte contre les changements climatiques. Maintenir l’augmentation moyenne de température dans le monde bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, et autant que possible à 1,5°C pendant ce siècle constitue le principal objectif dudit accord.

 

Dans cette optique, l’engagement de Madagascar s’apparente à l’augmentation de la capacité de séquestration des puits de carbone de 32% ainsi que la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 14% et le renforcement des actions d’adaptation à l’horizon de 2030. Le Sommet Action Climat 2019 qui démarre d’ici peu de jours sous le lead du Secrétaire général des Nations Unies donnera aux dirigeants et partenaires l’opportunité de faire part d’actes concrets posés en faveur du climat et d’afficher leurs ambitions.

Des risques plus élevés

Le changement climatique implique une augmentation des températures. Si la température augmente de 1,5 à 2°C, 25 % des espèces faune et flore confondues pourraient disparaître selon le WWF dans son rapport de 2018. A cela s’ajoute un risque élevé de diminution des rendements agricoles car l’augmentation de l’intensité et/ou de la durée des périodes de sècheresse entraînerait aussi une perturbation du calendrier cultural.

Selon les données de l’Institut National des Statistiques (INSTAT, 2016), 500.000 ménages malagasy sont victimes de catastrophe naturelle chaque année. 547.760 personnes sont en phases « Urgence » et « Crise » sur la période entre juin et juillet 2019 dans 8 Districts du Sud de Madagascar.

Malgré cette situation, le nombre de victimes pourrait encore s’élever puisque la fréquence des cyclones tropicaux intenses augmenterait encore d’après les nouvelles projections climatiques à Madagascar en 2030 et 2080. Les précipitations vont baisser de 5,1mm sur les Hautes terres centrales en 2030. On enregistrerait également  la hausse de 1,2°C de la température maximale et la baisse de 1,2°C de la température minimale. Force est de constater que le changement climatique a un impact considérable sur l’agriculture, l’élevage, la foresterie, les ressources en eau, la pêche et la santé.

Recueillis par Sandra R. 

Fil infos

  • Les rues de la Capitale - Tout est à refaire
  • Libération « LEVA », fuite de Raoul Rabekoto Arizaka - Ô corruption, suspends ton… envol !
  • Parlement - Session extraordinaire à partir du 4 mars 2020
  • Rapport public du Tribunal financier d’Antananarivo - Un comptable de la CUA débiteur de 39 millions d’ariary
  • Cavale rocambolesque - Raoul Rabekoto Arizaka en fuite à l'étranger
  • Développement à grande vitesse - La mentalité encore à la traîne !
  • HVM - De mauvais élèves donneurs de leçons
  • Restitution des îles éparses - La position de Madagascar reste inchangée
  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff