Publié dans Politique

Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels

Publié le vendredi, 18 octobre 2019

Des chaînes publiques  performantes. Cet objectif ne sera jamais atteint sans des personnels qualifiés et des matériels adéquats. Si le premier critère a été plus ou moins rempli ou en phase de l'être à travers une formation, le second vient d'être réalisé en partie. En effet, les chaînes publiques nationales à savoir, la radio et la télévision viennent d'acquérir des matériels avec une faveur pour cette dernière.  Elle s'est dotée de 10 caméras dont 5 pour le studio et 3 destinés au reportage, 6 mélangeurs vidéo, répartis entre ces deux unités.

Une grande première pour les journalistes, caméraman et reporters de la TVM, deux drones phantom sont désormais  à leur disposition pour leur reportage  ainsi qu'un transmetteur vidéo/audio. En plus 20 émetteurs TV à distribuer dans les localités dépourvues et autant aussi pour la radio s'ajoutent à cette longue liste de matériels pour les chaînes publiques. D'une valeur totale de 1 milliard 480 millions Ar, l'acquisition a été effectuée par le déblocage du fonds propre du ministère de la Communication et de la Culture. La remise de ces matériels à qui de droit, à savoir la Direction générale de l'Office de la Radio et Télévision Malagasy (ORTM), se fera lors d'une cérémonie officielle.

Avec ces nouveaux matériels, les téléspectateurs attendent de leurs utilisateurs une amélioration palpable à tous les niveaux ou départements. Cette dotation en matériels de la chaîne télévision publique figure dans le contrat programme liant la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, et le Président de la République, Andry Rajoelina. Ce dernier qui a donné également son autorisation au déblocage exceptionnel du fonds propre du MCC lors de l'achat de la retransmission en direct de la dernière phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) et qui a permis à tout un peuple de communier avec son équipe nationale, les Barea de Madagascar. Un effort financier récompensé par cette place de quart-de-finaliste atteinte par la sélection malagasy qui n'était pourtant à cette épreuve qu'à sa toute première participation. Et la fête du football malagasy sur la TVM est loin d'être finie si les Barea « B » parviennent à arracher cet après-midi  face à la Namibie la qualification, la toute première participation de Madagascar, à la phase finale du Championnat d'Afrique des Nations (CHAN), compétition réservée aux joueurs locaux.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff