Publié dans Politique

Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité

Publié le vendredi, 15 novembre 2019

Pour une valorisation de la monnaie nationale. Suite à sa nomination en Conseil des ministres le 6 novembre dernier, le nouveau gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BCM) Henri Rabarijohn a prêté serment, hier, à la Cour Suprême Anosy. « Je jure de remplir mes fonctions avec honneur et probité dans le strict respect des lois et des statuts de la Banque centrale, de ne rien utiliser ou révéler de ce qui sera porté à ma connaissance et cela même après cessation de mes fonctions », affirme-t-il, en levant sa main droite, durant cette cérémonie présidée par Andry Nirina Rajoelina. Selon l’article 52 du statut de la BFM, son mandat est de quatre ans renouvelable une fois.

 

A la fin de la cérémonie, le Président de la République a partagé ses attentes vis-à-vis du nouveau gouverneur. «Notre priorité réside dans l’accumulation de l’or à la Banque centrale pour stabiliser notre monnaie. D’ailleurs, Madagascar est riche en ressources minières », lance-t-il devant la Presse. En effet, les réserves d’or ressemblent à une épargne d’un pays et sont utilisées dans le commerce extérieur. En cas de déficit commercial, c'est-à-dire l’importation est largement supérieure à l’exportation, l’Etat doit trouver un moyen de combler son déficit. Et cela peut se faire en puisant dans les réserves d’or. Cette consolidation passe par la formalisation du secteur, souligne Henri Rabarijohn. Dans l’exercice de ses fonctions, il assure la stabilisation de la monnaie nationale que ce soit en termes de taux de change ou en termes d’inflation.

En parallèle à cela, le nouveau gouverneur persiste et signe que les anciens billets portant les signatures de l’ancien gouverneur restent valables contrairement aux rumeurs qui courent dans certaines régions.  

Solange Heriniaina

 

Fil infos

  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !

La Une

Editorial

  • Non-évènement !
    Deux rigolos du microcosme politique local se rencontrent quelque part sous d’autres cieux. Deux personnages du genre énergumène ayant quelques points en commun trament ailleurs sous prétexte, dit-on, de dénoncer des fraudes électorales. Ils sont tous deux d’anciens Chefs d’Etat, et d’un. Ils ont fini chacun leur mandat en queue de poisson. En bref, des « indésirables » dans leur propre pays. De connivence avec quelques individus de la même « espèce », ils fomentent la pagaille ailleurs pour déstabiliser voire même renverser le régime en place. En réalité, leur manigance ne rime à rien. Etant des rejetés sinon des recalés pas plus lourds que le poids d’un brin de cheveu,  Ravalomanana Marc et Rajaonarimampianina Hery, car il s’agit d’eux, des « poids plumes », ne pèsent pas trop pour pouvoir renverser la tendance. Leurs gesticulations ne méritent même pas qu’on y prête attention. C’est un non-évènement ! Seulement, des observateurs avertis et pointilleux s’accordent à déduire…

A bout portant

AutoDiff