Publié dans Politique

Parti HVM - Plus de raison d'être

Publié le lundi, 02 décembre 2019

Silence électorale pour le parti Hery Vaovaon'i Madagasikara (HVM) depuis sa défaite cuisante, lors de la dernière élection présidentielle de 2018. Ce parti ne participe pas aux élections, perdant ainsi sa raison d'être. Ses quelques membres restants s'abritent au Sénat, le temps d'organiser les futures sénatoriales.

 

La conquête du pouvoir par les urnes. Tel est le principal objectif et raison d'être d'un parti politique légalement constitué et digne de ce nom. Les grands partis politiques du pays y ont passé, comme le PSD, l'AREMA, le TIM, le MAPAR. Le parti HVM a brillé le temps d'un mandat, le temps de sa création pour les besoins du moment. Durant ce mandat, les députés HVM étaient quasi invisibles. Seule la Chambre haute abritait un panel de sénateurs HVM.

En faisant le bilan de l'année écoulée, l'on arrive à la conclusion inévitable de la mort lente de ce parti. Sa dernière participation aux élections est la présidentielle de 2018. Ayant obtenu un score minable lors du premier tour, ce parti a presque disparu du paysage politique malagasy. Créé au lendemain de l'élection de Hery Rajaonarimampianina, c'est également au lendemain de son élimination dès le 1er tour des élections présidentielles, cinq années plus tard, que le HVM disparaissait de la circulation. Aucun baron de ce parti ne s'est présenté sous ses couleurs lors des dernières élections législatives. Une débâcle qui s'est poursuivie aux dernières élections communales et municipales. Du moins dans les grandes villes du pays, aucun candidat HVM n'était visible.

Etant refoulé par les électeurs à plusieurs reprises, élections présidentielles et législatives, ce parti est forcé de rester en retrait durant les communales et municipales. Ce qui ne présage rien de meilleur pour son avenir politique. En effet, viendront les élections sénatoriales où maires et conseillers municipaux seront les grands électeurs. Le parti HVM disparaîtra définitivement du paysage politique malagasy après les sénatoriales. Ni Hery Rajaonarimampianina, ni Rivo Rakotovao ne pourront changer la donne, quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent.

Durant leur mandat, par la force du hasard ou par chance, c'est selon, ils n'ont pas su gagner la confiance de la population en général, des électeurs en particulier. Gagner cette confiance constitue une bataille de tous les jours, par la force du travail, en créant du travail, en renforçant la sécurité des personnes et de leurs biens. Mais rien ne fut. Au contraire, ils se sont distingués par des scandales politiques ou financiers qui se poursuivent jusqu'à maintenant. Les futures sénatoriales sonneront ainsi le glas pour ce parti une bonne fois pour toutes, en n'ayant plus d'élus dans ses rangs.

Fil infos

  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !

La Une

Editorial

  • Non-évènement !
    Deux rigolos du microcosme politique local se rencontrent quelque part sous d’autres cieux. Deux personnages du genre énergumène ayant quelques points en commun trament ailleurs sous prétexte, dit-on, de dénoncer des fraudes électorales. Ils sont tous deux d’anciens Chefs d’Etat, et d’un. Ils ont fini chacun leur mandat en queue de poisson. En bref, des « indésirables » dans leur propre pays. De connivence avec quelques individus de la même « espèce », ils fomentent la pagaille ailleurs pour déstabiliser voire même renverser le régime en place. En réalité, leur manigance ne rime à rien. Etant des rejetés sinon des recalés pas plus lourds que le poids d’un brin de cheveu,  Ravalomanana Marc et Rajaonarimampianina Hery, car il s’agit d’eux, des « poids plumes », ne pèsent pas trop pour pouvoir renverser la tendance. Leurs gesticulations ne méritent même pas qu’on y prête attention. C’est un non-évènement ! Seulement, des observateurs avertis et pointilleux s’accordent à déduire…

A bout portant

AutoDiff