Publié dans Politique

Cadavre démembré à Andavamamba - La femme mise en cause explique son geste

Publié le lundi, 06 janvier 2020

Comme elle l’a promis, la brigade criminelle d’Anosy s’est exprimée sur la motivation de la femme, principale suspecte dans le meurtre atroce de son compagnon, au cours d’une conférence de presse, hier. Notons que la victime était son amant alors que ce dernier est marié. Le malheureux et la concernée ont mené une vie commune pendant 8 ans, et que le couple a eu une fillette.

Un bref rappel des faits s’impose. Jeudi 2 janvier dernier, le taxi qu’a pris  cette femme avait été interceptée par la Police avec une horrible marchandise à son bord  à Andavamamba : les restes en putréfaction de son compagnon, dissimulés dans un sac et qui avait été placé dans la malle arrière.  L’information a révélé que le taximan, qui a constaté une anomalie sur l’état de la marchandise, et qui n’aurait plus supporté l’odeur putride et insupportable qui a émané du sac, a informé les curieux mais aussi la Police.  En un rien de temps, une foule de badauds a entouré le taxi  et la tentation chez les curieux d’appliquer la vindicte populaire à la passagère, était trop forte. Prise sur le fait, la dame en cause a tenté encore de trouver une échappatoire en avançant qu’il s’agissait des morceaux ou quartiers de viande invendus….Mais un constat par la Police a révélé la véritable nature de cet horrible bagage, qui suintait de partout, sans parler du sang, A n’en plus douter, c’était bel et bien des restes humains et qui avaient été de surcroît démembrés.

Puis, il y eut l’arrestation de la femme. La poursuite de l’enquête a poussé celle-ci à révéler la motivation de son geste. Elle n’a pas caché que l’acte avait été prémédité. Dans ses aveux, elle a expliqué prendre cette suprême décision, et ce, avec ses complices dont son deuxième amant résidant à Alakamisy-Fenoarivo, afin d’éliminer la victime. Une exécution qui s’expliquerait par le fait que l’homme aurait souvent menacé de la tuer si elle le quitte pour aller se marier avec un autre ».  C’est  l’officier principal, le chef de la brigade criminelle qui  rapporte ici  la version  de l’accusée devant la presse.
Retraçons maintenant le déroulement de l’assassinat proprement dit. A entendre parler le chef de la BC1, la victime a été éliminée de façon barbare. Vers 19h30 le 1er janvier 2020, ses trois présumés assassins, dont sa compagne, l’ont attendu de pied ferme à la maison à Andavamamba. Dès que l’homme a pointé son nez, l’un d’eux lui a  assené de violents coups faits avec un gourdin. Puis, un autre l’a vitriolé tandis qu’un troisième lui a administré de la formole. « Une fois la victime tuée, ils l’ont fait coucher sur un lit pour la démembrer, enfin envelopper ses restes dans du sachet en plastique, des couvertures, enfin ce sac, tout en étudiant les moyens afin de transporter clandestinement le cadavre à Alakamisy-Fenoarivo.
D’où cette décision chez la femme de prendre un taxi. En effet, les tueurs ont envisagé d’incinérer la dépouille dans cette localité de l’ouest de la Capitale ». Notons qu’à ce dessein,  la Police a trouvé encore un bidon de 5 litres d’essence dans ce taxi.

Maintenant, fin de cavale pour la principale suspecte. Comme elle, trois complices avaient été déférés au Parquet d’Anosy, hier. Tard dans la soirée d’hier, elle a été placée en détention provisoire  à Antanimora, ses deux complices le furent à la maison de force de Tsiafahy, enfin le chauffeur a été placé sous contrôle judiciaire. Un cinquième larron, celui qui avait attaqué la victime avec un gourdin, est encore recherché.
Franck R.

Fil infos

  • 29 mars 1947 - Une sobre commémoration au mausolée !
  • Détection rapide du COVID-19 - L’Institut Pasteur va former les biologistes malagasy
  • Lutte contre la propagation du virus - « Toutes donations sont les bienvenues »
  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff