Publié dans Politique

Meurtre, escroquerie, abus de confiance - Ils courent, ils courent toujours !

Publié le lundi, 06 janvier 2020

Insaisissables ! Quatre personnes frappées d’avis de recherche depuis deux, cinq mois et douze mois courent toujours dans la nature et hument encore l’air libre. Ces recherchés ont défrayé la chronique policière et judiciaire malagasy, de ces derniers mois, en accomplissant des actes répréhensibles, meurtre et arnaque. En dépit des avis, les Forces de l’ordre n’arrivent pas à appréhender les fugitifs faisant ainsi naître le doute au sein de l’opinion et notamment de leurs victimes sur la volonté réelle de les mettre à l’ombre. Alain Zaheraly Rostand,  Eric Mario dit Rambo, Ramangasoavina Gérald et Jo Willy Rabe, telles sont les identités de ces  personnalités qui se sont versées dans des affaires lugubres.

Les deux premiers, des Indopaskistanais, sont accusés de meurtre d’une jeune fille prénommée Tinah à Toliary en 2017. A l’issue de leur procès, ils étaient condamnés à une lourde peine de prison à vie à Tsiafahy.  Pourtant, les deux prisonniers ont dû être par la suite transférés dans un bled perdu situé dans le Sud profond, précisément à la prison de Vohitany, dans la Commune rurale d’Ejeda, d’où ils s’étaient évadés l’année dernière. Des témoins sur place affirment que le centre de détention se trouve dans une situation trop précaire, du moins du point de vue équipement et infrastructurel. Des riverains avancent que cette prison n’a ou  presque même pas de porte. Ce qui aurait dû  faciliter l’évasion des deux Indopakistanais. Depuis, nul n’est plus en mesure de savoir si les fugitifs, qui restent désespérément introuvables,  ont pu quitter clandestinement la Grande île, ou  au moins se terrer quelque part sur place.

 Le cas du fugitif Herilanja Gérald Ramangasoavina, est lui aussi probant. Le fuyard est recherché par le Bureau anti-corruption ou BIANCO et les Forces de l’ordre pour deux dossiers sales ayant trait à la  corruption et à l’escroquerie dont on l’incrimine. En effet, ce gérant  de la société Mada Terrain  a sur le dos 3600 plaintes de victimes pour son projet « Tany Gasy » auprès du BIANCO, de la Police économique et d’autres services de Police pour escroquerie. Il s’agit d’une opération qui consiste à vendre à des particuliers des terrains se situant dans la périphérie de la Capitale, tout en offrant une facilité de paiement. Or, les mois ont passé sans que les acquéreurs n’aient reçu ni le titre ni la moindre parcelle de terrain alors que les acheteurs ont déjà effectué leur paiement. Mais le fugitif est également poursuivi dans l’affaire « Villa Elisabeth ». Il s’agit de la propriété mise à la disposition de l’ancien Président feu Zafy Albert en sa qualité de Chef de l’Etat. Depuis 2017, le BIANCO a également demandé le concours des services de Police pour rechercher et procéder à l’arrestation du gérant de la société Mada Terrain Ramangasoavina Herilanja Gérald, figurant dans la liste des personnes soupçonnées pour la vente de la Villa Elisabeth.

Enfin, Jo Willy Rabe, propriétaire de Sourc’in Voyage. Les Forces de l’ordre n’ont jamais réussi à l’attraper à la suite de multiples arnaques dont ses victimes se comptent par milliers. En effet, l’affaire Sourc’In voyage est l’une des plus grandes et plus récentes arnaques  signées Jo Willy Rabe au pays. Après avoir engrangé des sommes faramineuses de ses victimes à la suite d’offres alléchantes de soi-disant voyages organisés aux Etats-Unis, en Australie, à Dubaï, en Chine ou à Maurice, l’homme a disparu totalement du circuit…Exaspérées, ses victimes veulent intenter une action judiciaire contre le PDG de Sourc’in Voyage,  ou au moins cherchent à se faire rembourser. Ce qui n’est pas sans rappeler l’opération « bidon » « ordinateur pour tous » de JK Group ou encore « power balance » à l’époque, encore son autre signature.
L’arrestation de ces quatre individus donnera sans doute de la crédibilité à nos vaillants policiers et gendarmes dont certains éléments sont accusés à tort par une frange de  l’opinion d’être de mèche avec ces voyous et connaissent l’endroit où ils se terrent. Une affirmation gratuite que nos Forces de l’ordre vont certainement démentir par des actions concrètes.
La Rédaction



Fil infos

  • 29 mars 1947 - Une sobre commémoration au mausolée !
  • Détection rapide du COVID-19 - L’Institut Pasteur va former les biologistes malagasy
  • Lutte contre la propagation du virus - « Toutes donations sont les bienvenues »
  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff