Publié dans Politique

Elections communales et municipales - 32 Communes à réorganiser

Publié le lundi, 20 janvier 2020

Des élections communales et municipales dans 32 Communes sont à réorganiser, selon la décision des Tribunaux administratifs des 5 provinces. D’après le rapporteur général de la Commission Electorale nationale indépendante (CENI), Fano Rakotondrazaka, la Commission est prête à organiser ces élections. Elle n’attend que le décret de convocation des électeurs de la part du Gouvernement.

A refaire. Les élections communales et municipales à Madagascar ne sont pas terminées. L’on entre actuellement dans la phase des élections partielles. Sur les 1 605 circonscriptions électorales, 32 Communes se voient leurs élections à refaire. C’est une décision des Tribunaux administratifs des 5 provinces malagasy, à savoir Antananarivo, Majunga, Fianarantsoa, Tuléar et Tamatave. Car d’après les explications du rapporteur général de la CENI, Fano Rakotondrazaka, seule la province de Diégo fait office de bon élève. Aucune élection partielle n’est organisée dans cette province du Nord.

Le rapporteur général de la CENI a expliqué l’organisation des élections partielles dans ces 32 Communes. « Des élections dans 32 Communes sont à refaire. L’élection de maires est à réorganiser dans 9 Communes, des élections de maires et conseillers municipaux sont à réorganiser dans 15 Communes et enfin, des élections de conseillers municipaux sont à réorganiser dans 8 Communes », a cité le rapporteur général. La décision de réorganiser ces élections n’émane pas de la CENI. Il s’agit d’une décision des Tribunaux administratifs, la juridiction qui a compétence pour proclamer les résultats définitifs et l’organisation des élections partielles.

« La date de ces élections partielles n’est pas encore connue », ajoute le rapporteur général de la CENI. D’ailleurs, la fixation de cette date n’est pas de la compétence de la Commission. « C’est le Gouvernement qui fixe cette date à travers le décret de convocation des électeurs », argumente-t-il. La CENI est toujours prête à organiser des élections, c’est sa raison d’être. Elle n’attend que le feu vert du Gouvernement pour organiser les partielles. D’ailleurs, ces élections partielles se dérouleront dans les mêmes conditions que les précédentes élections communales et municipales. Dans le cas des élections de maires dans les 9 Communes, ce sont les mêmes candidats qui s’aligneront. Même cas pour les élections de conseillers municipaux dans les 15 Communes.

Par contre, l’élection de conseillers municipaux dans les 8 autres Communes, les OVEC ou Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures recevront les dossiers de candidature de ceux qui veulent siéger au sein du conseil municipal. Car durant les dernières élections, aucun dossier de candidature au poste de conseiller municipal n’a été enregistré dans lesdites communes. Mais pour toutes ces élections partielles, la période de propagande se déroulera dans les mêmes conditions que les précédentes élections. Tous les candidats, que ce soit maire ou conseiller municipal, auront 21 jours pour convaincre les électeurs. Il est attendu que durant la propagande, pendant le vote, en attendant les résultats provisoires et définitifs, aucune tension ne soit enregistrée pour la crédibilité de ces partielles.

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff