Société

Fianarantsoa - Le leader politique libéré

Publié le vendredi, 23 septembre 2016
L’affaire concernant le kidnapping  survenu mercredi après-midi de Benjamin Raharison, ancien chef de Région de Haute-Matsiatra  à Beravina Fianarantsoa, a défrayé la chronique. La même nuit du mercredi, ses présumés ravisseurs l’ont toutefois relâché près de chez lui et le dirigeant du  mouvement de l’opposition  appelé « Malagasy mivondrona ho an’ny fanorenana » (Mmf) a pu retrouver les siens, sain et sauf. 
Formation de journalistes. 16 journalistes économiques et politiques issus de différents organismes de presse malagasy ont bénéficié d’une formation sur l’industrie et la politique industrielle, hier à Ivato. Une formation qui entre dans le cadre de la mise en place de la politique industrielle à Madagascar, dont la loi est actuellement en cours d’élaboration et sera promulguée au Parlement à la deuxième session en octobre prochain. 
Construite sur la voie publique. Une maison servant d’épicerie localisée à Ampasanimalo, dans le 2ème Arrondissement de la Capitale, a été démolie hier. Une décision qui fait suite à l’arrêté municipal n°755-Cua/Cab.16 sortie le 21 septembre 2016. Il s’agit d’une maisonnette basse en dur qui s’étale sur une surface de 4x2m. En fait, le cas de cette construction illicite est déjà passé au Tribunal.
Pour mieux se préparer en cas d’attentat terroriste. Les forces vives intervenant au sein de l’Aéroport international d’Ivato dont l’Adema (Aéroports de Madagascar),l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (Asecna), la Police des frontières, les Douanes, le Corps de protection civile (Cpc), etc. en collaboration avec les Forces militaires, ont organisé hier un exercice de simulation d’attentat à la bombe.
On connaissait déjà celle qui consistait pour une jeune fille mineure à s’introduire de force dans une voiture ayant à son bord son seul conducteur, puis d’exiger de celui-ci de l’argent contre la menace de crier à l’enlèvement, voire au viol. Ces derniers temps, les malfrats ont mis au point d’autres méthodes machiavéliques pour pouvoir détrousser les  automobilistes  et ce, en plein cœur de la Capitale et en plein jour.
« Les élus sont disposés à respecter leurs obligations mais les contraintes se reposent sur le budget, voire les moyens financiers », reconnait Randriamitsirimanana, conseiller spécial auprès de la Commune urbaine de Toamasina.
Original. Une distribution de pots de miel pour les passants a eu lieu hier dans le jardin d’Antaninarenina, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Paix.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff