Publié dans Société

Circulation et restriction - Des accidents surviennent encore en ville

Publié le vendredi, 03 avril 2020

Aussi curieuse que cela puisse paraître, la circulation restrictive en ville pour cause de coronavirus, semble être loin d'obtenir l'effet escompté. Alors qu'on s'est attendu à ce que les automobilistes, les rares à être encore autorisés à prendre la route, soient devenus plus raisonnables,  c'est le contraire qui se produit.

 

Hier, on a enregistré au moins deux cas de sortie de route aux lourdes conséquences matérielles dans des endroits différents de la Capitale. A Antsahabe par exemple, là où un chef de famille a perdu la vie lorsqu'une balle perdue l'eut atteint lors d'un échange de tirs entre la Police et des malfaiteurs, un 4x4 pick-up a terminé sa course folle contre un poteau de la JIRAMA. Bien que l'on ne déplore aucun décès, les dégâts matériels sont très importants. Le conducteur, pour une raison qui échappe au commun des mortels, a perdu subitement le contrôle de son véhicule. Toutefois, des témoins ont affirmé que la voiture aurait subi une défaillance mécanique au moment de l'accident.

A Analakely, même scénario sur l'avenue. Une voiture particulière, au grand amusement des observateurs, a embrassé également un autre poteau. Comme dans le cas précédent, les dégâts ont été lourds. Dans l'un ou l'autre cas de figure, un dénominateur commun : les scènes ont, contrairement à la mesure de distance sanitaire d'un mètre imposée, provoqué des attroupements de curieux sans précédent. Enfin, tous ces heurts n'auraient dû pas se produire si les conducteurs ont fait preuve d'un peu plus de modération, la plupart ayant été tentés par la grande fluidité de la circulation pour se permettre d'augmenter franchement l'allure.

Franck R.

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff