Publié dans Société

Permis et cartes grises biométriques - Reprise de la délivrance avec des vrais documents

Publié le vendredi, 24 mai 2019

Après quelques mois de suspension, la délivrance de permis de conduire et de cartes grises biométriques reprendront bientôt. Une conférence de presse été donnée, hier à Ambohidahy, pour annoncer officiellement la nouvelle. « C’est avec un réel plaisir que je vous annonce la sortie des permis de conduire et des cartes grises biométriques suivant les normes internationales. Autrement dit, les technologies de l'information, l’identification des personnes sont conformes à l’Iso/IEC 18013 :2018. Les permis de conduire sont ainsi valides à l’international, et toutes les informations de la personne le possédant seront visibles partout où elle va dans le monde entier. Exactement comme les cartes grises qui suivent également ces normes », explique le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa.

A noter que ces documents en petit format sont archi sécurisés, c’est-à-dire infalsifiables. Ils contiennent une puce électronique et une bande MRZ qui permettront de mieux lutter contre la fraude. Ils stockent également les données personnelles du titulaire imprimées sur le document, permettant ainsi à la Police d’authentifier rapidement et efficacement l’identité du titulaire. Toutes les capitales provinciales de Madagascar pourront délivrer ces permis de conduire et cartes grises biométriques. Cependant, la date du début de ladite délivrance sera prochainement connue. Deux centres seront par ailleurs installés à cet effet pour Antananarivo  dont un au Centre immatriculateur de Madagascar (CIM), à Ambohidahy et un autre dans l’Atsimondrano.

Normes internationales

« C’est une fierté pour les malagasy car nous sommes les premiers à utiliser les permis de conduire et cartes grises  dernier cri en  normes internationales. Il contient également un barre code laser qui est visible à l’œil nu et observable au toucher », continue-t-il.

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a tenu à informer que les dossiers nécessaires pour la fabrication de ces documents n’ont pas changé. Tout comme le prix qui reste à 38 000 ariary. Ceux qui ont déjà payé mais n’ont pas en main leur permis auront ainsi la chance de pouvoir en avoir en premier. Ceux qui ont déjà reçu leur « faux permis » de la vague d’avant pourront gratuitement échanger leurs documents avec les nouveaux, à partir du mois de janvier 2020. Des organisations seront mises en place et la délivrance se fera par numéro. Ainsi  les personnes, leur numéro entre les mains, n’auront plus qu’à passer récupérer leurs nouveaux permis. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a assuré qu’au moins 24 centres immatriculateurs seront installés dans tout Madagascar pour faciliter la délivrance des permis et des cartes grises. Ceci pour éviter que des longues files d’attente se forment de nouveau au niveau de ces centres de distribution. Si la personne voulant fabriquer ses documents arrive avec les dossiers complets, il aura son permis en une heure.

Corruption

Par ailleurs, ce responsable a également évoqué le sujet de la corruption. Selon lui, ce sera dans ce centre d’immatriculation que la lutte contre la corruption sera tenace. Un objectif dans le PGE qu’il compte bien atteindre puisque des enquêtes ont déjà été établies avec le Bianco notamment au niveau de la fabrication des permis et cartes grises. Un appel d’offres a été lancé pour la société qui prendra en charge la fabrication de ces documents. Après les diverses procédures et négociations, nous sommes arrivés au terme et ce sera finalement l’entreprise Hephalu, renommée mondiale en ce qui concerne les donnés biométriques qui se chargera de leur fabrication. Puisque les permis produits et délivrés dernièrement étaient des faux et que la société Cetis Madagascar, responsable de leur délivrance n’a pas respecté les normes requises pour les permis biométriques, le ministre a voulu informer que l’enquête continue et une département spéciale est déjà en charge de l’affaire. Une chose est sûre, des têtes tomberont et les responsables finiront par payer puisque ce Gouvernement n’est pas du genre à accepter facilement la corruption. 

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff