Publié dans Société

Permis et cartes grises biométriques - Reprise de la délivrance avec des vrais documents

Publié le vendredi, 24 mai 2019

Après quelques mois de suspension, la délivrance de permis de conduire et de cartes grises biométriques reprendront bientôt. Une conférence de presse été donnée, hier à Ambohidahy, pour annoncer officiellement la nouvelle. « C’est avec un réel plaisir que je vous annonce la sortie des permis de conduire et des cartes grises biométriques suivant les normes internationales. Autrement dit, les technologies de l'information, l’identification des personnes sont conformes à l’Iso/IEC 18013 :2018. Les permis de conduire sont ainsi valides à l’international, et toutes les informations de la personne le possédant seront visibles partout où elle va dans le monde entier. Exactement comme les cartes grises qui suivent également ces normes », explique le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa.

A noter que ces documents en petit format sont archi sécurisés, c’est-à-dire infalsifiables. Ils contiennent une puce électronique et une bande MRZ qui permettront de mieux lutter contre la fraude. Ils stockent également les données personnelles du titulaire imprimées sur le document, permettant ainsi à la Police d’authentifier rapidement et efficacement l’identité du titulaire. Toutes les capitales provinciales de Madagascar pourront délivrer ces permis de conduire et cartes grises biométriques. Cependant, la date du début de ladite délivrance sera prochainement connue. Deux centres seront par ailleurs installés à cet effet pour Antananarivo  dont un au Centre immatriculateur de Madagascar (CIM), à Ambohidahy et un autre dans l’Atsimondrano.

Normes internationales

« C’est une fierté pour les malagasy car nous sommes les premiers à utiliser les permis de conduire et cartes grises  dernier cri en  normes internationales. Il contient également un barre code laser qui est visible à l’œil nu et observable au toucher », continue-t-il.

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a tenu à informer que les dossiers nécessaires pour la fabrication de ces documents n’ont pas changé. Tout comme le prix qui reste à 38 000 ariary. Ceux qui ont déjà payé mais n’ont pas en main leur permis auront ainsi la chance de pouvoir en avoir en premier. Ceux qui ont déjà reçu leur « faux permis » de la vague d’avant pourront gratuitement échanger leurs documents avec les nouveaux, à partir du mois de janvier 2020. Des organisations seront mises en place et la délivrance se fera par numéro. Ainsi  les personnes, leur numéro entre les mains, n’auront plus qu’à passer récupérer leurs nouveaux permis. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a assuré qu’au moins 24 centres immatriculateurs seront installés dans tout Madagascar pour faciliter la délivrance des permis et des cartes grises. Ceci pour éviter que des longues files d’attente se forment de nouveau au niveau de ces centres de distribution. Si la personne voulant fabriquer ses documents arrive avec les dossiers complets, il aura son permis en une heure.

Corruption

Par ailleurs, ce responsable a également évoqué le sujet de la corruption. Selon lui, ce sera dans ce centre d’immatriculation que la lutte contre la corruption sera tenace. Un objectif dans le PGE qu’il compte bien atteindre puisque des enquêtes ont déjà été établies avec le Bianco notamment au niveau de la fabrication des permis et cartes grises. Un appel d’offres a été lancé pour la société qui prendra en charge la fabrication de ces documents. Après les diverses procédures et négociations, nous sommes arrivés au terme et ce sera finalement l’entreprise Hephalu, renommée mondiale en ce qui concerne les donnés biométriques qui se chargera de leur fabrication. Puisque les permis produits et délivrés dernièrement étaient des faux et que la société Cetis Madagascar, responsable de leur délivrance n’a pas respecté les normes requises pour les permis biométriques, le ministre a voulu informer que l’enquête continue et une département spéciale est déjà en charge de l’affaire. Une chose est sûre, des têtes tomberont et les responsables finiront par payer puisque ce Gouvernement n’est pas du genre à accepter facilement la corruption. 

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff