Publié dans Société

RN2 - Les cambrioleurs de poids-lourds pris en photos

Publié le vendredi, 24 mai 2019

A part les accidents de la circulation qui l’endeuillent souvent, la RN2 qui relie la Capitale et l’Est du pays se caractérise par l’insécurité. Celle-ci se traduit par le cambriolage des camions porte-conteneurs qui l’empruntent. Récemment, les bandits semblent ne plus faire grand cas des usagers et notamment des Forces de l’ordre pour agir en plein jour, en grimpant délibérément sur les mastodontes afin de dévaliser les conteneurs.

 

Cette absence totale de crainte, encore moins de honte chez les assaillants,  a fait que certains d’entre eux se sont fait photographier par l’occupant d’une voiture particulière alors que les suspects étaient encore dans le feu de l’action. D’ailleurs, la photo d’illustration de notre article montre bien les agissements des suspects. L’on voit parfaitement sur cette photo que deux d’entre eux, lesquels sont agrippés à l’arrière du camion, tentent bien de forcer le système de verrouillage du conteneur en manipulant le mécanisme. Quant aux autres qui font également partie de la bande, leur rôle consiste à les accompagner en vélos, faisant croire à première vue qu’ils s’amusent à s’accrocher au camion pour ménager leurs efforts de pédaler.

Or, on ne se trompe guère sur la finalité des suspects. Notre source d’information de la Région martèle bien que ces derniers ont profité à ce que le poids-lourd ne puisse rouler qu’à faible allure pour attaquer une côte, ou bien en roulant sur une portion de route pleine d’ornières pour passer à l’action. « Il existe des points où ces bandits commettent leurs forfaits. Ils connaissent par cœur les bords de chaussée par où ils peuvent larguer le butin. Lorsque ce dernier est plus imposant, ils cherchent un moyen pour pouvoir les récupérer, et ensuite les acheminer discrètement dans le village le plus proche », commente notre source.

De plus, des chauffeurs routiers de la RN2 apportent leur témoignage comme quoi certains d’entre eux ont été déjà les cibles de ces voleurs même en plein jour même si généralement, les voleurs attendent la nuit pour agir. Les camionneurs tirent donc la sonnette d’alarme à l’endroit des Forces de l’ordre pour qu’elles mettent en place un dispositif plus puissant dans les points considérés comme les plus noirs de cette route nationale.

F.R./Kamy

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff