Publié dans Société

Charretiers hors-la-loi - Grogne des usagers de la route

Publié le mercredi, 12 juin 2019

La règlementation de la circulation des charrettes et pousse-pousse dans la ville d’Antananarivo est opérationnelle depuis le début de ce mois. Après la publication de cette note de service et afin de sensibiliser les conducteurs de ces moyens de transport, les policiers municipaux et communaux ont organisé une rencontre avec les propriétaires de ces moyens de transport, la semaine dernière. D’ailleurs, le manque de communication et de sensibilisation entre les parties concernées reste une grande lacune dans l’application de la loi dans la Capitale.

 

Face à cette situation, les conducteurs des charrettes et pousse-pousse ont manifesté leur colère et ont observé une grève, hier, aux 67 ha. A priori, ils refusent l’application de cette nouvelle mesure qui ne leur convient pas. « Nous ne pouvons pas faire une destination de plusieurs kilomètres en quelques heures seulement. Ce nouveau règlement ne nous permet pas d’exercer en toute tranquillité », avance Manga, parmi les grévistes.

De leur côté, les autres usagers de la route, notamment les automobilistes sont les principales victimes du non-respect du Code de la route perpétré par ces derniers. Avec les objets encombrants qu’ils transportent, à savoir des barils et éponges, des tonnes de PPN, les automobilistes manquent de visibilité et sont obligés de rouler très lentement, gênant ainsi la circulation. « Nous ne pouvons rien faire sauf attendre que la voie soit libre puisqu’ils ne veulent pas céder le passage. En plus, la route est vraiment étroite qu’on ne peut pas doubler la ligne ou dépasser les charrettes. Cela peut causer des accidents », se plaint Randrianarisoa Eugène, conducteur de taxi-be reliant Ankazomanga et Anosibe.

Auparavant, les charrettes et pousse-pousse ne pouvaient pas circuler dans la Capitale à partir de 6h du matin jusqu’à 6h du soir. Afin que l’opérationnalisation de cette loi soit effective, une mesure stricte et ferme s’impose comme la confiscation des marchandises qu’ils transportent.

Anatra R.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff