Publié dans Société

Charretiers hors-la-loi - Grogne des usagers de la route

Publié le mercredi, 12 juin 2019

La règlementation de la circulation des charrettes et pousse-pousse dans la ville d’Antananarivo est opérationnelle depuis le début de ce mois. Après la publication de cette note de service et afin de sensibiliser les conducteurs de ces moyens de transport, les policiers municipaux et communaux ont organisé une rencontre avec les propriétaires de ces moyens de transport, la semaine dernière. D’ailleurs, le manque de communication et de sensibilisation entre les parties concernées reste une grande lacune dans l’application de la loi dans la Capitale.

 

Face à cette situation, les conducteurs des charrettes et pousse-pousse ont manifesté leur colère et ont observé une grève, hier, aux 67 ha. A priori, ils refusent l’application de cette nouvelle mesure qui ne leur convient pas. « Nous ne pouvons pas faire une destination de plusieurs kilomètres en quelques heures seulement. Ce nouveau règlement ne nous permet pas d’exercer en toute tranquillité », avance Manga, parmi les grévistes.

De leur côté, les autres usagers de la route, notamment les automobilistes sont les principales victimes du non-respect du Code de la route perpétré par ces derniers. Avec les objets encombrants qu’ils transportent, à savoir des barils et éponges, des tonnes de PPN, les automobilistes manquent de visibilité et sont obligés de rouler très lentement, gênant ainsi la circulation. « Nous ne pouvons rien faire sauf attendre que la voie soit libre puisqu’ils ne veulent pas céder le passage. En plus, la route est vraiment étroite qu’on ne peut pas doubler la ligne ou dépasser les charrettes. Cela peut causer des accidents », se plaint Randrianarisoa Eugène, conducteur de taxi-be reliant Ankazomanga et Anosibe.

Auparavant, les charrettes et pousse-pousse ne pouvaient pas circuler dans la Capitale à partir de 6h du matin jusqu’à 6h du soir. Afin que l’opérationnalisation de cette loi soit effective, une mesure stricte et ferme s’impose comme la confiscation des marchandises qu’ils transportent.

Anatra R.

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff