Publié dans Société

Ivandry - Inauguration de la rue Zafy Albert

Publié le mercredi, 24 juillet 2019

Sur le chemin de la démocratie et de la réconciliation nationale. Tel est le thème de la cérémonie d’inauguration de la rue Zafy Albert, hier. Longeant de 700m, ce tronçon de route qui porte le nom l’ancien Chef de l’Etat malagasy, commence au stade d’Alarobia jusqu’au virage menant vers Analamahitsy. D’après fils du défunt, Zafy Richard, la famille a choisi le 5ème Arrondissement pour porter le nom de l’ancien Président, un lieu que ce dernier a tant aimé. « Jusqu’à sa mort, le Professeur n’a jamais quitté cet endroit pour aller vivre au Palais présidentiel ou ailleurs », se souvient-il. Madame le maire, Lalao Ravalomanana, quant à elle, a avancé dans son discours qu’Antananarivo est un bien commun de la population malagasy. Sur ce, la Municipalité n’a pas hésité d’accepter la demande de la famille. D’ailleurs, le Président Zafy Albert est une personnalité marquant l’Histoire de Madagascar. Outre la rue, une stèle commémorative portant son nom sera installée à Antaninarenina, et dont l’inauguration aura lieu le 13 août prochain.


Le Professeur Zafy Albert est né en 1927 à Ambilobe, dans l’ex-Province d’Antsiranana. Il s’est marié à Thérèse Auguste Zafimahova et a eu trois enfants : Aimé Zafy, Sylvie Zafy et Richard Zafy. Il était spécialisé en chirurgie thoracique et membre de l’Académie malagasy. Surnommé « l’homme au chapeau de paille », cet ardent partisan de la réconciliation nationale participait aux travaux des mouvances politiques malagasy reconnues par la communauté internationale en mars 2009. Il a également été le premier homme politique à instaurer un système démocratique afin de lutter contre la dictature. Sur ce, il est reconnu comme le père de la démocratie et de la réconciliation nationale. Zafy Albert était le principal chef de l’opposition à la fin de la 2ème République et également le principal fondateur de la partie politique Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD). Il était le 5ème Président de la République de Madagascar et avait comme devises la droiture et l’honnêteté. A cause de ses devises et de sa sagesse, il a été désigné à plusieurs reprises par la communauté internationale pour diriger la recherche de consensus dans les pays africains en crise.  Cependant, le 26 juillet 1996, la motion d’empêchement visant Albert Zafy a été votée.Il est décédé le 13 octobre 2017 à l’hôpital de Saint-Pierre, La Réunion à l’âge de 90 ans. Il a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC).
Anatra R.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff