Publié dans Société

Sortie des Malagasy à l’étranger - Des mesures exceptionnelles pour les femmes en âge de travailler

Publié le lundi, 12 août 2019

Depuis le début de cette année, plus de 200 travailleuses en tant domestiques dans les pays du Moyen-Orient, victimes d’exploitation, ont été rapatriées à Madagascar. Ce chiffre a alerté les  autorités hiérarchiques malagasy et a mené vers l’application de mesures exceptionnelles. « Depuis quelques semaines, les femmes en âge de travailler partant à l’étranger  sont soumises à un autre  traitement au niveau de l’Aéroport international d’Ivato. « Normalement, elles doivent se munir d’une autorisation délivrée par le ministère des Affaires étrangères (MAE) et celui du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales. Il s’agit d’un dispositif mis en place pour protéger les citoyens malagasy contre les différentes adversités dont la traite des êtres humains. Cette mesure empêche en particulier les sorties clandestines du  territoire, notamment des  travailleuses malagasy vers pays du Golfe. Néanmoins, ce dispositif reste temporaire jusqu’à une réunion bipartite entre le  ministère de la Sécurité publique et celui de la Fonction publique qui va se dérouler très prochainement », avance une source voulant garder l’anonymat.  D’après ses explications, la Police de l’air et des frontières (PAF) rencontre des difficultés pour savoir les réelles intentions des femmes voyageant seules pour des raisons ambiguës. C’est ainsi qu’elle devient stricte et exige des papiers administratifs complets. En effet, une étudiante âgée de 18 ans, munie d’une autorisation parentale légalisée, en partance pour l’île Maurice, a été interceptée par la PAF dimanche dernier, avant qu’elle ne franchisse la salle d’embarquement à l’Aéroport International Ivato. « Les étudiants ne peuvent plus partir en vacances à l’étranger.

Et cela en raison d’une nouvelle loi qui s’applique actuellement », indique l’un des éléments des PAF. Face à de tel propos, l’étudiante en question a été contrainte d’appeler en urgence ses parents qui ont été sur le point de quitter l’enceinte de l’aéroport. Et sans leur présence, elle a failli rater son vol. Cette loi entre dans le cadre de la suspension de l’octroi d’agrément aux agences de placement et interdit l’envoi de travailleuses malagasy dans les pays arabes depuis 2013. En dépit de cette loi, des candidates choisissent ainsi la voie clandestine.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff